Flambée de la taxe foncière : À Fourqueux aussi

Taxes_Foncières

L’Union Nationale des Propriétaires Immobiliers (UNPI) vient de faire paraître une étude qui a été largement commentée dans les médias nationaux. Sur les 5 dernières années, la hausse de la taxe foncière a atteint 14% en moyenne par rapport à une inflation qui n’a pas dépassé 3%.

NEF a voulu comparer ce chiffre avec l’évolution enregistrée à Fourqueux sur la même période, c’est-à-dire entre 2012 et 2017. Dans notre commune, la taxe foncière a augmenté de 27% en 5 ans. Cette hausse se décompose comme suit :

  • Part communale : +8%
  • Part départementale : + 74%
  • Taxe d’enlèvement ordures ménagères : + 14%

Nos concitoyens ont donc tout particulièrement été touchés par cette flambée de la taxe foncière, surtout sur la part départementale qui a enregistré une hausse historique au point qu’elle tend à dépasser en montant la part communale.
Et les mauvaises nouvelles risquent de continuer dans l’avenir. Avec le projet de la nouvelle majorité de supprimer la taxe d’habitation pour 80% des contribuables, la taxe foncière va devenir le seul impôt local  sur lequel les collectivités pourront agir afin d’augmenter leurs ressources. Et Fourqueux, classée comme commune riche, est sous la menace de prélèvements croissants au titre de la péréquation avec les communes plus pauvres ou de la conformité avec la loi SRU.

Une dernière menace vient du projet du gouvernement figurant dans la Loi de finances pour 2018 de modifier les règles d’évolution de la Dotation Globale de Financement (DGF). Jusqu’ici  celle-ci variait en fonction d’un coefficient national qui ne tenait pas compte de la situation financière de chaque commune. Le projet consiste à lier l’évolution de la DGF aux efforts que font les communes pour réduire leurs dépenses de fonctionnement et se désendetter.
Or, Fourqueux est loin d’être le meilleur élève en la matière,  supportant aujourd’hui une dette élevée (5 millions d’euros), héritage des travaux entrepris dans le cœur de village. Il faut donc s’attendre à une pression croissante venant de l’État pour que nous réduisions cet endettement, par une baisse de nos dépenses de fonctionnement, et probablement aussi par une hausse supplémentaire de la pression fiscale.

 

 

Changement des jours de collecte

Erratum_tri

La gestion des déchets ménagers (collecte, tri et incinération) est l’une des compétences transférées par les communes à notre communauté d’agglomération Saint Germain Boucles de Seine en 2016.

Son objectif est d’optimiser les coûts et d’harmoniser ce service et dans ce cadre, une nouvelle organisation de la collecte est mise en place à compter du 1er octobre 2017 .

Malheureusement, celle-ci a été accompagnée d’une information désastreuse : des problèmes de distribution (boîtes aux lettres oubliées, distribution de calendriers d’autres villes) mais surtout un calendrier papier comportant deux erreurs majeures.

Donc, que vous ayez reçu des calendriers aux formats A4 ou A5 pour Fourqueux ou pour une autre ville, ils sont malheureusement tous inutilisables en l’état – et finiront certainement dans une des prochaines collectes – à moins que vous ne les corrigiez à la main à l’aide du calendrier en ligne ci-dessous.

CALENDRIER_FOURQUEUX

Plus préoccupante est la nouvelle organisation de la collecte, car jusqu’à maintenant, le système en place permettait aux Fourquesiens de regrouper sur deux jours de la semaine (par exemple le lundi et le mercredi,) les OM (Ordures Ménagères), les végétaux, les emballages et le verre.
Dorénavant, il faudra compter un jour par type de collecte, soit quatre jours, et même cinq si les OM sont sorties deux fois par semaine.
Avec ce nouveau calendrier, fort contraignant pour les habitants, rares seront les jours où il n’y aura pas de conteneurs sur les trottoirs de la ville. Sauf à ce que les ripeurs passent aux aurores, tous ceux qui travaillent à l’extérieur ne pourront les rentrer que le soir à leur retour et cinq jours par semaine, ils enlaidiront toute la journée notre cadre de vie et gêneront le passage des piétons, notamment des personnes à mobilité réduite.

Ce ne serait donc qu’une juste contrepartie que de bénéficier dès l’année prochaine d’une forte baisse de la taxe d’enlèvement, et également d’une information transparente sur les économies réalisées dans le cadre de ce nouveau marché public.

Linky suite

ERDF_pose_compteur_LinkyA la suite de la réponse du 25 octobre dernier apportée aux Fourqueusiens qui nous ont interpellés, NEF a poursuivi son enquête et vous informe que :

  •  les compteurs Linky ne sont pas obligatoires pendant la période de déploiement mais le deviendront ensuite (2021), sous peine de coupure de l’électricité par Enedis.
  • Enedis met la pression aux communes et aux particuliers pour l’installation de ce compteur. Ils ont donc rendu la procédure de refus compliquée : lettre recommandée (si possible motivée !!!) et ont choisi de sur-facturer aux particuliers qui ont refusé l’installation toutes prestations actuelles qui disparaissent avec les compteurs Linky (par exemple le relevé de compteur).
  • Certaines communes ont tenté de refuser l’installation des compteurs Linky sur leur territoire par délibération du Conseil municipal. En octobre dernier, une commune du Périgord a reçu de la préfecture un référé d’urgence pour suspendre la délibération du Conseil et le tribunal a ensuite confirmé cette suspension en condamnant cette commune à payer des frais à Enedis !!!
  • Cependant, les compteurs étant propriété de la commune (sauf si cette compétence a été transférée à la communauté d’agglomération – nous ne savons si tel est le cas pour Fourqueux puisque cela n’a pas été débattu en conseil municipal) -, le maire a donc donné son accord à Enedis pour la mise en place des compteurs nouvelle génération. Chacun peut donc interpeller son maire pour lui signifier sa désapprobation et lui demander quelles raisons l’ont poussé à donner son accord sans avoir consulté la population. N’oublions tout de même pas que son refus aurait pesé peu de poids. Seule l’absence d’information envers la population est donc concrètement critiquable.
Les informations qui précèdent sont issues de nos recherches et peuvent probablement être complétées.

Sénatoriales

20170924_093336Trois des six conseillers NEF ont été élus par le conseil municipal du 30 juin dernier pour faire partie des délégués titulaires appelés à choisir les sénateurs des Yvelines. Le dimanche 24 septembre, c’est à Satory que les « grands électeurs »  ont exprimé leur vote de bon matin.
Avec près de 58% des voix, la liste « Une équipe pour toutes les Yvelines », conduite par le président du Sénat Gérard Larcher, remporte cinq des six sièges en jeu, récupérant le siège perdu en 2011.
Le sixième siège du département revient au candidat de la République en marche : Martin Lévrier.

Le chantier du Lycée international : un enjeu de sécurité pour nos jeunes concitoyens

Le 26 septembre 2016, le conseil municipal de Fourqueux a voté la cession foncière d’une parcelle de 11 555 m2 au profit du Conseil départemental des Yvelines afin de permettre l’extension et la restructuration du Lycée international de St-Germain-en-Laye.

L’équipe NEF, sans remettre en cause le besoin de rénovation et de modernisation du Lycée international que nombre de Fourqueusiens fréquentent, a voté contre cette délibération, considérant que l’accord de réciprocité lié à la construction d’un nouveau gymnase n’apportait aucune valeur nouvelle à la situation actuelle.

En juin dernier, les premiers engins de chantier ont investi cette parcelle enclavée entre l’école maternelle du lycée, le nouveau terrain de sport synthétique et la résidence des Terres Fleuries.

Durant l’été, le chantier a pris de l’envergure :

  • La grue s’est dressée dans le ciel de Fourqueux.
  • Les bâtiments provisoires devant accueillir les élèves après les vacances de la Toussaint sont sortis de terre.
  • Une zone de stationnement « tampon » destinée aux camions et autres engins de chantier a été créée à la sortie de la Nationale 13 dans l’étroite rue du Fer à Cheval, condamnant ainsi une grande partie du trottoir.

Déjà dans cette phase préparatoire du chantier, nous avons pu observer les premières perturbations de circulation et les premières situations annonciatrices d’accidents :

  • livraisons de matériaux lourds par camion
  • sortie difficile des véhicules de la zone de chantier sur la rue Saint Léger
  • croisement périlleux des automobiles avec les camions circulant dans les virages étroits de la rue du Fer à Cheval ou rue Saint Léger.

La rentrée scolaire du 4 septembre a mis en exergue tout l’enjeu de sécurité autour de cet immense chantier qui s’ouvre pour plusieurs années. L’inauguration est prévue en décembre 2019.

Plus de 2000 élèves de 3 à 18 ans provenant de nombreuses communes des Yvelines et des départements limitrophes fréquentent le Lycée chaque jour. Et plusieurs centaines d’autres dits « externes » s’y rendent aussi pour y suivre les enseignements de sections.

Chaque matin, c’est un parcours du combattant que doivent affronter les élèves piétons, cyclistes et motocyclistes. Il en va de même pour les automobilistes qui déposent leurs enfants ou souhaitent simplement rejoindre la nationale 13 pour accéder à l’A14.
La voirie n’est pas adaptée à un tel chantier implanté dans un secteur de forte densité de circulation.
Le besoin de sécurisation est si flagrant, qu’un Conseiller Principal d’Éducation du Lycée revêt chaque jour son gilet jaune pour assurer une prévention routière devant l’entrée de la rue du Fer à Cheval. Merci à lui mais est-ce sa compétence ?

Dans les prochaines semaines, cette situation tendra inexorablement à se dégrader.

  • Les classes seront transférées dans les bâtiments provisoires situés à proximité direct du chantier alors que la station d’arrêt des cars de ramassages scolaires demeurera en haut du Lycée.
  • Les conditions météorologiques automnales et hivernales vont renforcer les facteurs de risques.
  • Les pics de circulation seront nocturnes et la visibilité réduite.

Il faut revoir le plan de circulation et de prévention routière aux abords du Lycée jusqu’à notre Village de Fourqueux.
Entre le Lycée International, le collège des Hauts Grillets et le Lycée Léonard de Vinci – toujours en chantier avec plus d’un an de retard –, nous exposons plusieurs milliers d’enfants et d’adolescents à une insécurité routière évidente.
Il y a urgence à solliciter le Conseil régional, le Conseil départemental et la mairie de Saint-Germain-en-Laye afin de mettre en œuvre les moyens nécessaires permettant de garantir une sécurité totale à nos jeunes concitoyens qui sont avant tout nos enfants.

Fête de Fourqueux : vos élus à votre rencontre

C’est la rentrée !

Ch Bouvard courLa rentrée des classes, c’est toujours des enfants grandis et bronzés, des cartables neufs, des retrouvailles entre copains ! Nous avons aussi remarqué quelques changements : un nouveau bardage le long de la rue Carnot demandé par le plan Vigipirate ainsi qu’un nouveau portail qui devrait permettre de mieux contrôler l’accès à l’école.
Aucune fermeture de classe cette année et nous nous en réjouissons. De nouveaux élèves ont intégré notre école, nous leur souhaitons la bienvenue ainsi qu’à leurs familles.

Profitant d’un décret adopté le 27 juin, près de la moitié des communes françaises, dont plusieurs de nos villes voisines, ont décidé de rétablir la semaine de quatre jours dans leurs écoles primaires, mettant ainsi fin à la réforme des rythmes scolaires instituée en septembre 2016.
À ce stade, Fourqueux a décidé de maintenir la semaine de 4 jours et demi et les Temps d’Activités Périscolaires, mais une concertation devrait avoir lieu entre les acteurs principaux tels que les enseignants, les fédérations de parents d’élèves et le service scolaire.
Nous ne manquerons pas de vous tenir informer de cette réflexion qui engage le quotidien de chaque famille fourqueusienne et qui devra avant tout prendre en compte l’intérêt de nos enfants et de leur épanouissement.

Nous vous souhaitons une excellente rentrée!

Déclaration des élus NEF sur le projet de budget 2017

La stabilité de la pression fiscale à Fourqueux pour la seconde année consécutive ne change pas nos réserves déjà maintes fois exprimées quant aux orientations générales suivies par la majorité municipale pour les finances de la commune.

Les bons résultats relatifs constatés sur l’exécution budgétaire 2016 tiennent à un freinage sur les charges générales et nous tenons à saluer le personnel municipal pour les efforts entrepris. Nous avons également bénéficié de recettes supérieures sur les droits de mutation l’année dernière. Pour autant, il s’agit d’effets transitoires qui ont peu de chances de pouvoir être réédités au cours des années suivantes et qui ne changent pas le déséquilibre structurel qui caractérise notre budget de fonctionnement : des dépenses de personnel qui augmentent d’environ 100.000 euros par an et des bases fiscales dont l’accroissement spontané se situe autour de 50.000 euros par an. Le maintien d’un excédent de fonctionnement sur l’exercice 2017 risque de s’avérer très difficile si des hausses supérieures aux prévisions sur le prix des carburants ou de certains services venaient impacter négativement notre budget.

Notre village a choisi de conserver un niveau élevé de services rendus à la population – tant les services à la personne que les activités de loisirs. La contrepartie se trouve dans des frais de structure importants : le personnel qui compte 79 agents (68.57 en EATP) – en augmentation de 3 depuis le début de l’actuelle mandature – et l’entretien d’un local comme l’Espace. Il nous semble que tôt ou tard, nous aurons des choix à faire pour trouver des économies pérennes, ce qui passera par la suppression de certaines prestations et le non remplacement de certains agents.

S’agissant du budget d’investissement, nous nous félicitons de l’amorce d’une baisse de l’endettement mais celle-ci nous semble beaucoup trop lente. Pour retrouver les niveaux de 2013 juste avant l’opération cœur de village et la rénovation de l’Espace, au rythme actuel d’amortissement, il faudra attendre 2021. D’autant que nous sommes exposés au risque de remontée des taux d’intérêt qui ferait augmenter les intérêts financiers à payer, 25% de la dette étant à taux variable ou révisable. Avec des annuités de remboursement égales à 450.000 euros par an, nous n’avons guère de réserves pour pouvoir faire face à des investissements qui seraient nécessaires (par exemple l’installation de la vidéo protection qui tend à se généraliser dans les communes avoisinantes) sauf à effectuer de nouveaux emprunts ou à opérer de nouvelles cessions foncières. Nous notons par ailleurs que les grandes opérations d’investissement présentées comme autofinancées sont souvent génératrices de dépenses supplémentaires non annoncées à l’avance.

En dernier lieu, nous continuons à marquer notre totale opposition au budget « gestion des locaux commerciaux du cœur de village » qui va entraîner en 2017 un endettement supplémentaire de 420.000 euros et des travaux d’aménagement de 195.000 euros à la charge de la commune pour des recettes locatives qui apparaissent très aléatoires. Notre suggestion serait de vendre au plus vite ces locaux et d’affecter la recette au désendettement.

Pour toutes ces raisons, les élus NEF ont décidé de voter contre le projet de budget 2017.

L’arbre du jumelage

Plantation arbre SchwelmMalgré l’heure matinale, Brigitte Lesgourgues et Matthieu Cadot ont tenu à participer le dimanche 21 mars à la plantation par les Amis de Schwelm d’un mirabellier sur la promenade du Val fleuri.
Ambiance bien sympathique autour d’un café et de bretzels, même si nos deux élus NEF regrettent que ce geste symbolique d’amitié pour notre ville jumelle allemande n’ait rassemblé qu’une petite quinzaine de Fourqueusiens.
En cette année du 10e anniversaire du jumelage entre nos deux commune, la même manifestation s’est déroulée de l’autre côté du Rhin.