NEF offre la galette à ses soutiens

Fin d’après-midi chaleureuse le 29 janvier : les adhérents de l’association NEF étaient conviés à partager la traditionnelle galette des Rois avec les six élus de la liste Nouvelle Energie pour Fourqueux.

L’occasion pour Matthieu Cadot et ses collègues de brosser le bilan de l’année qui vient de s’achever et de mettre en exergue les principaux dossiers communaux  qui mériteront toute leur attention en 2017 : construction du terrain de football en synthétique, lancement des travaux du Lycée international et leurs conséquences pour les riverains et la population fourqueusienne, situation financière et fiscale de la commune, intercommunalité…

Drôle de conception de la démocratie !

Certains d’entre vous nous ont reproché notre absence au repas offert par la municipalité à nos aînés le 7 janvier. Aucun de vos six élus NEF n’était effectivement présent à cette traditionnelle manifestation. A cela une raison fort simple : nous n’étions pas invités en tant que conseillers municipaux !
Nous regrettons vivement que l’équipe NEF ait été tenue à l’écart de cette rencontre conviviale avec nos seniors. Nous avions déjà souffert de ce type « d’oubli », lors de l’accueil des nouveaux habitants, alors même que le cocktail est offert chaque année par la mairie qui choisit ses invités. Heureusement, un parmi nous vient officiellement d’être invité pour l’automne 2017… par l’association Fourqueux Accueil !
Dans ces deux manifestations qui font appel à l’argent public, il serait pour le moins équitable de convier le groupe d’opposition élu par plus de 43% de la population fourqueusienne.
On n’oublie cependant pas de nous convier lorsqu’il s’agit de solliciter notre aide pour tenir le stand Agenda 21 à la fête de Fourqueux ou pour faire des crêpes pour les enfants …

PRÉDISONS L’AVENIR…

2017 commence et avec elle, nous parviendrons à la moitié du mandat municipal. Que nous réservent les trois années à venir ?

Les travaux de restructuration du lycée international vont débuter et durer deux ans. Si nous nous réjouissons de la modernisation de cet établissement, nous regrettons fortement les conséquences qu’elle aura sur notre commune : une perte réelle d’un hectare de terrains sportifs, la construction d’un terrain synthétique pour 900 000 €, dont on peut discuter de l’intégration écologique, et surtout, pendant les travaux et d’après les informations fournies par le lycée lui-même, l’installation sur notre espace communal, sans compensation aujourd’hui annoncée, d’un lycée provisoire et d’un parking. Les sportifs fourqueusiens ne sont pas prêts de profiter de leur stade ! N’oublions pas la perte du terrain de jeu, accessible à tous, situé à l’ouest du stade, avant les tennis. Celui-ci disparaît, fermant la porte aux jeunes et moins jeunes qui s’y rendent quotidiennement. Si une solution de remplacement est aujourd’hui envisagée, elle n’est évidemment pas encore programmée…

Par ailleurs, malgré des velléités récentes de recherche d’économies, maintenant que tous les grands chantiers d’investissement que nous pouvions contester ont été réalisés ou votés,  nous prédisons d’inévitables augmentations de l’imposition locale sur la fin du mandat, les dépenses continuant de courir plus vite que la progression des ressources propres de la commune. Et il ne faut guère attendre de salut du côté de l’intercommunalité qui est aujourd’hui occupée à asseoir ses pouvoirs face aux autres échelons de l’administration locale.

Depuis trois années, nous interpellons la majorité municipale sur ces sujets, participant avec conviction aux débats, et assumant nos différences et nos désaccords. Depuis trois années également, nous appuyons les projets qui vont dans le sens de nos engagements et pour lesquels vous êtes nombreux à nous soutenir.

Grâce à l’extraordinaire dynamisme du monde associatif de Fourqueux, au grand investissement du personnel communal et à l’immense intérêt que beaucoup d’entre vous portez à notre village, nous avons confiance en l’avenir du cadre de vie exceptionnel de Fourqueux.

Brigitte Lesgourgues, Laurent Paul, Sophie Perinetti, Jérôme Goulet et Yann Morvan se joignent à moi pour vous souhaiter une belle et douce année 2017 à Fourqueux. Nous sommes et restons plus que jamais à votre disposition.

Matthieu Cadot

 

Le boulet du SIDRU

Le 11 février 2015, nous résumions dans un billet sur notre blog l’historique de ce ténébreux dossier de la construction de l’incinérateur de déchets Azalys et des risques financiers très importants pris par le syndicat intercommunal SIDRU dont notre commune est partie prenante. La cour d’appel de Paris a rendu le 4 novembre 2016 un arrêt qui condamne le SIDRU à régler un total de 20 millions d’euros (impayés et intérêts de retard) à la banque DEPFA, soit presque 100 € par habitant du périmètre du SIDRU (voir article Courrier des Yvelines).

Après une condamnation en première instance confirmée en appel, la perspective de devoir apurer  les lourdes pertes, provoquées par la conclusion de swaps (contrats d’échanges de taux d’intérêt) dont les conditions n’étaient pas maîtrisées, semble se matérialiser. Pour l’heure, les responsables du SIDRU se veulent rassurants et indiquent que cette affaire n’aura aucune incidence sur la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. Mais la seule solution envisagée pour régler les frais serait….un nouvel emprunt du SIDRU, ce qui ne fera que reporter sur l’avenir la charge pour les contribuables. Une autre solution théoriquement possible serait de vendre l’incinérateur à un opérateur privé et d’utiliser le produit de la vente pour rembourser la dette. La collecte des ordures ménagères serait alors confiée à un opérateur privé en lieu et place du SIDRU, mais à un coût qui pourrait alors devenir largement supérieur à celui actuel.

Comme on le voit, ce dossier est loin d’être neutre pour nos finances. S’il n’est malheureusement pas possible de corriger  les errements financiers passés des dirigeants du SIDRU, il faut être particulièrement vigilant sur les solutions qui seront apportées pour combler le trou financier actuel. Les élus NEF ne manqueront pas d’interpeller la majorité municipale, dont un des membres siège au conseil du SIDRU, sur l’évolution de cette affaire.

Terrain de sport synthétique : est-ce bien écologique et utile ?

pelouse synthétiqueComme nous l’avons déjà relaté, le produit de la vente  du terrain du parc sportif  au lycée international en vue de la construction d’un gymnase devrait être utilisé pour la réalisation d’un terrain de football et rugby en matière synthétique en lieu et place du terrain actuel. Cette opération d’un coût total de 900.000 euros HT en incluant l’aménagement des abords  (mais la majorité municipale espère couvrir une partie de ce budget avec des subventions départementale et régionale) a été approuvée par le groupe majoritaire au conseil municipal du 26 septembre et sera mise en œuvre sous la forme d’une procédure simplifiée de marché public.

A l’heure où notre commune se veut exemplaire en matière d’application de l’agenda 21, il est permis de s’interroger sur le caractère écologique de ce nouvel équipement. Très concrètement, on va faire disparaître la pelouse naturelle existante pour mettre à la place un désert biologique. Il faut en effet savoir que les sols synthétiques sont composés à la base avec des matières hydrocarbures. Certaines méthodes de construction utilisent même de vieux pneus recyclés. Leur dangerosité potentielle  pour les sportifs est dénoncée par des experts (http://sport24.lefigaro.fr/le-scan-sport/2016/10/12/27001-20161012ARTFIG00163-les-terrains-synthetiques-cancerigenes.php).

L’objectif affiché par la majorité municipale est que le terrain puisse être utilisé par tous les temps alors que celui actuel est inutilisable en cas de fortes pluies. Nous continuons de nous interroger sur la balance entre avantages et coûts pour la commune. Plus généralement, d’autres alternatives auraient été parfaitement envisageables afin de solutionner les problèmes d’infrastructures rencontrés par les associations sportives. Au demeurant, outre les coûts de réalisation du terrain, il faudrait ajouter les coûts d’entretien qui n’ont pas été chiffrés par la majorité municipale.

Vos élus NEF ont bien montré lors du CM du 26 septembre que, le principal bénéficiaire de ce nouvel équipement sera le lycée international qui veut disposer d’un parc sportif à la mesure de ses ambitions. On aurait pu envisager d’autres utilisations pour le produit de la vente du terrain pour le gymnase. Mais notre  commune s’est vue imposer la réalisation de ce terrain  synthétique dans le cadre du deal passé avec le lycée international. Il est quand même permis de penser que cette opération est d’un intérêt bien discutable pour notre commune.

Conférence : Saint-Germain Boucles de Seine / Pour quoi faire ?

Saint-Germain Boucles de Seine / Pour quoi faire ? C’était le thème de la conférence organisée le 12 octobre par Fourqueux Dialogue à l’Espace Pierre Delanoë.

casgbs

Pascal Lévêque, conseiller municipal de Saint-Germain, a relevé le défi de présenter ce qu’est la CASGBS.
Créée en janvier 2016, cette Communauté d’Agglomération regroupe 20 communes dont Fourqueux et trouve ses origines dans le regroupement de trois intercommunalités auxquelles a été agrégée la ville de Bezons.

Nous tenons à remercier ce type d’initiative qui contribue à améliorer la compréhension de tout à chacun sur les institutions qui nous entourent.

Ci-dessous, vous trouverez deux liens Web : l’un vers le site institutionnel, l’autre vers un blog citoyen dédié à cette interco.

http://www.saintgermainbouclesdeseine.fr/
http://www.seine-forets.fr/

 

NEF s’oppose à la cession foncière d’ 1,15 hectare sur le stade

Le Conseil municipal était appelé à se prononcer le 26 septembre sur la cession foncière d’une parcelle de 11 555 m2 au Conseil départemental des Yvelines pour la construction, sur l’emprise du stade Claude Bocard, d’un gymnase pour le Lycée international de Saint-Germain-en-Laye.

Matthieu Cadot, au nom des élus NEF,  a expliqué pourquoi son groupe voterait contre la cession :

Vous le savez, l’équipe NEF a toujours été opposée à l’implantation d’un gymnase en partenariat avec le lycée international sur cette zone, et cela depuis 2008.

Cependant, face à un tel projet, nous avons cherché à faire le bilan des points positifs et des points négatifs de cette opération pour Fourqueux et pour les Fourqueusiens.

Qu’on nous entende bien : notre hostilité à ce projet n’est absolument pas dirigée contre le Lycée lui-même dont nous comprenons tout à fait le besoin de modernisation. Indiscutablement, sa rénovation, qui inclut la création de ce gymnase, est un point fort puisque le lycée accueille des familles fourqueusiennes et qu’il participe à l’évidence à l’attractivité de notre territoire.

Autre point positif, un terrain de sports collectifs en synthétique qui sera de meilleure qualité que les terrains actuels, notamment en raison de la saturation en eau des sols.

En revanche, nous ne voyons pas de plus-value liée à l’accord de réciprocité entre le Lycée et notre commune : ce seront vraisemblablement les mêmes activités qu’aujourd’hui qui seront hébergées dans ce gymnase, lequel ne devrait pas ouvrir de créneaux supplémentaires pour augmenter l’offre d’activités sportives aux habitants de notre commune. Le gymnase et les terrains qui l’entoureront ne sont disponibles pour les Fourqueusiens que lorsque le Lycée international n’en aura pas la jouissance, ce qui risque de devenir de plus en plus rare compte–tenu de l’accroissement continu des effectifs.

Bien trop éloigné du centre village, ce gymnase ne bénéficiera pas plus à nos écoliers.

Par ailleurs, nous n’oublions pas que la vente de ce terrain de plus d’un hectare en zone US rapporte finalement peu à la commune. En considérant que le foncier communal se fait rare, et en se projetant dans l’avenir, les PLU futurs pourraient, en en changeant la destination, transformer ces mètres carrés en terrains d’une bien plus grande valeur.

In fine le produit de la vente de cette parcelle ne sert qu’à participer à la construction d’un nouveau terrain de foot, certes de meilleure qualité que nos terrains actuels, mais au final, les utilisateurs fourqueusiens auront bel et bien perdu plus d’un hectare d’espace sportif. Nous regrettons notamment la perte réelle du terrain de jeux situé plus à l’ouest, avant les tennis. Ce terrain est aujourd’hui souvent utilisé par des enfants et des jeunes qui s’y retrouvent fréquemment pour y faire du sport et se détendre. Un tel endroit est unique à Fourqueux, il est disponible en permanence, même lorsque les terrains de sport sont utilisés par les associations et le lycée international. Il n’existera plus.

Ajoutons enfin que du point de vue de notre cadre de vie, nous craignons de regretter cette entrée de ville dégagée sur des espaces verts, ouverte sur la forêt, demain définitivement bouchée par un bâtiment qui risque de nuire à tous, pas seulement aux habitants de l’avenue de la Ferme des Hézards.

Au final, nous pensons que cette cession est davantage défavorable aux Fourqueusiens qu’elle ne leur apporte de bénéfices. C’est la raison pour laquelle nous voterons contre cette délibération.

 

Une soirée d’anthologie !

Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine et pour fêter ses 10 ans d’existence, l’association Fourqueux Patrimoine, avec le soutien de la Ville, nous a offert un son et lumière éblouissant que 450 spectateurs sont venus applaudir.
« Fourqueux, toute une histoire » a été imaginé et réalisé par une formidable équipe de bénévoles, sous la houlette de la présidente Monique Grout. Parmi ces passionnés amoureux de notre village, le chef de file des élus NEF : Matthieu Cadot, trésorier et co-fondateur de l’association.