Fourqueux dans une agglo de 340 000 âmes ?

carte_CC_280814_02

Lors des élections municipales de mars 2014 nous avons élu à Fourqueux pour la première fois, en même temps que nos 27 conseillers municipaux, 2 conseillers communautaires appelés à siéger au conseil de la communauté de communes Saint-Germain Seine et Forêts. Le mode de scrutin entraîne une sous-représentation des oppositions municipales au conseil communautaire : 4 sièges sur 40. Aucun pour Fourqueux comme pour les 6 plus petites communes (sur un total de 10) de l’intercommunalité. Par la suite, le bureau communautaire a décidé que chaque maire pourrait désigner 3 de ses conseillers municipaux pour participer aux travaux des 3 commissions de Saint-Germain Seine et Forêts. Là encore, pour Fourqueux, pas de strapontin pour l’opposition malheureusement.

Cela ne doit pas nous amener à nous désintéresser de ce qui se passe à Saint-Germain Seine et Forêts, au contraire. Car l’enjeu est énorme : transports, aménagement du territoire, équipements sportifs, zones d’activité, développement économique et touristique, environnement et à terme urbanisme, tout cela sera du ressort de l’intercommunalité.
D’autant que, durant cet été, le préfet de la région Ile-de-France a dessiné une nouvelle carte des intercommunalités pour la zone urbanisée de la région située tout autour de la Métropole du Grand Paris. Cette carte a été rendue publique à la fin du mois d’août. Si le projet est maintenu en l’état, Saint-Germain Seine et Forêts (donc Fourqueux) se retrouverait fusionnée avec la Boucle de la Seine (Le Vésinet, Chatou, Croissy, Sartrouville, Montesson, Houilles, Carrières-sur-Seine), Maisons-Mesnil et Bezons. Un ensemble de 340 000 habitants constituant une communauté d’agglomération de caractère très résidentiel, coincée entre deux structures plus grandes et bien mieux équilibrées en termes de ressources fiscales. Cette carte prête donc à discussion. Car toute agglomération devrait aspirer à un bon équilibre entre cadre de vie, zones d’activité et d’emploi, pôles d’enseignement supérieur et de recherche. Dans le découpage proposé le compte n’y est pas !

La phase de concertation sur ce projet va s’ouvrir à partir du 5 septembre, tous les conseils communautaires et municipaux concernés étant saisis pour avis. C’est donc le moment de s’intéresser à la question, la phase de discussion étant limitée à trois mois.
En ce moment, le préfet de région parle beaucoup de concertation. Mais avec qui ? Curieusement Jean-Yves Perrot, président élu de Saint-Germain Seine et Forêts (et maire de Marly-le-Roi), donc notre représentant, ne fait pas partie de la Commission Régionale de Coopération Intercommunale installée le 28 août. C’est elle qui pourtant devra trancher sur les modifications à apporter à cette nouvelle carte qui soulève déjà beaucoup de questions.
Pourquoi ferions-nous le deuil du rapprochement évident avec Poissy-Achères-Conflans ? Pourquoi sanctuariser la communauté d’agglomération de Cergy qui possède le pôle d’enseignement supérieur qui nous manque ? Pourquoi le rattachement inattendu de Bezons ? Pourquoi le non rattachement de Bougival que tout rapproche de Louveciennes ?
Après décembre 2014 et la remise des avis des élus locaux, tout ira très vite, les nouvelles communautés d’agglomération devant être opérationnelles dès 2016. Le débat c’est donc maintenant ou jamais.

Pour en savoir plus sur cette actualité de la nouvelle organisation territoriale, pour vous exprimer et réagir sur ce méga projet, visitez le Blog citoyen seine-forets.fr. Il a été créé par des candidats de la liste NEF 2014. Faites-le connaître autour de vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *