Article orienté dans le Parisien, Matthieu Cadot réagit

Très partisan dans ses propos, un article du Parisien, paru le 6 janvier sur son site et dans une version papier édulcorée,  cherche clairement à faire transparaître une parfaite réussite de la fusion.
Ce qui est retranscrit dans cet article ne reflète qu’une partie seulement de l’entretien que j’ai consacré au journaliste. Si mon intervention est la seule qui émette des critiques à l’égard du bilan de la fusion, seulement certaines, bien tièdes, ont été choisies et éditées. Je me demande par ailleurs quels Fourqueusiens ont été rencontrés, à en croire leur apparente adhésion à un projet qu’ils ont rejeté et qu’ils sont encore nombreux, compte tenu des nombreuses remontées qu’ils nous font, à désapprouver. Il semble que nos concitoyens chauffés au tout électrique et qui voient leur taxe sur l’électricité augmenter ou que les parents d’élèves qui paient bien plus cher la restauration scolaire depuis la fusion n’ont pas été interrogés…

Je tiens donc à ajouter ce que j’ai pu préciser, à savoir que nous déplorons solennellement les faux-semblants en matière d’amélioration fiscale. Les aspects bénéfiques en termes budgétaires sont dus notamment aux avantages financiers très temporaires – 3 ans seulement – accordés à toutes les communes qui fusionnent : augmentation de la DGF, suppression des pénalités SRU …
Par ailleurs, nous nous offusquons de l’absence totale d’investissement des élus de la commune déléguée, en premier lieu de son maire, pour faire vivre la démocratie locale. Ils ne respectent pas du tout les engagements de la campagne qu’ils ont menée en faveur de la fusion, contre l’avis de la population. Ce n’est pas seulement pour les attributions de subventions aux associations que le conseil communal doit se réunir, mais aussi pour toutes les décisions prises sur le territoire fourqueusien. En un an, jamais Daniel Level n’a eu le courage de le réunir, malgré ce qu’il ose affirmer en conseil municipal et malgré nos demandes maintes fois réitérées. La charte de gouvernance, qui était pourtant, nous disait-on, une garantie absolue de notre représentativité dans la commune nouvelle, est donc d’ores et déjà bafouée.
Le bilan essentiel d’une année de fusion est donc une représentativité de notre village qui fait cruellement défaut, comme nous l’avions prédit il y a un an.

Un an après…

 

Chères Fouqueusiennes, chers Fourqueusiens,

A l’aube de cette nouvelle année et un an après la décision contre l’avis de la population de fusionner avec Saint-Germain-en-Laye, vos élus NEF sont fiers de vous avoir écoutés, représentés et défendus dans ce nouveau conseil municipal.

Depuis notre dernière lettre d’information, qui relatait notamment notre intervention auprès des riverains contre le projet désormais abandonné de l’allée des Jardins, nous restons mobilisés à vos côtés quelles que soient nos difficultés à nous faire entendre. Vous découvrirez dans ce nouveau numéro nos actions, notamment concernant le budget communal 2020 ou le scandaleux procédé d’attribution de subvention à nos associations, défiant transparence et respect des chartes pourtant promises comme garantes de la sauvegarde de notre identité. La mairie déléguée de Fourqueux est inexistante, faute d’un maire délégué capable d’affronter sa population et de s’engager au quotidien à son service, dans le respect des engagements liés à la fusion de communes.

Toutes ces informations sont bien entendu à retrouver sur notre blog nef-fourqueux.fr mis à jour régulièrement.

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous solliciter et nous vous remercions de votre confiance. Plus que jamais, vous pouvez compter sur nous.

Brigitte, Laurent, Sophie, Jérôme et Yann se joignent à moi pour vous souhaiter de très belles fêtes de fin d’année, en ayant une pensée toute particulière pour nos concitoyens qui nous ont quittés en 2019, ainsi que pour ceux qui sont isolés, démunis ou souffrants, avec un vœu pour tous de bonheur et de solidarité pour l’année à venir. Celle-ci sera capitale pour notre pays comme pour toutes les villes de France qui seront appelées à renouveler leurs édiles. Nous souhaitons à notre belle commune déléguée un avenir serein, dans la concertation et le consensus, afin de retrouver l’esprit village qui nous tient tant à cœur.

Matthieu Cadot

Qui a trahi trahira… : le scandale de l’attribution des subventions aux associations

Le 16 décembre dernier, une commission générale s’est tenue à Fourqueux. Il s’agit d’une réunion des élus de la commune déléguée à huis clos, sans public et sans qu’aucune décision ne puisse être prise.

A l’ordre du jour, deux points : la révision du règlement local de publicité (RLP) de Fourqueux et les subventions aux associations.

Le premier point est lié à une révision indispensable de notre RLP datant de plus de trente ans. Ce qui a attiré notre attention relève d’une discussion annexe : la disparition de certains panneaux associatifs dans notre commune. Malgré nos questions, ni le maire délégué, ni son premier adjoint n’ont pu nous indiquer qui a choisi quels panneaux retirer ! La commune nouvelle leur aurait-elle donc à ce point fait perdre tout contrôle sur notre vie communale ? Il semble malheureusement que nos prévisions en termes d’absence de contrôle de leur part s’avèrent exactes…

Mais le second point a achevé de nous abattre… L’ancien adjoint au maire de Fourqueux chargé de la vie associative présente un bilan de l’accompagnement de la vie associative, sur un document mensonger qui annonce en en-tête « conseil communal de Fourqueux ». Conseil dont la constitution, rappelons-le, fait l’objet de notre demande pressante depuis de longs mois puisqu’elle est normalement imposé par la fusion de communes … et qui ne s’est encore jamais réuni !

Au cours de son exposé, nous nous interrogeons sur les conditions d’attributions de subventions aux associations dont nous avons demandé publiquement qu’elles aient lieu dans la plus grande transparence (voir article NEF du journal de St-Germain du 8 novembre).

En lieu et place d’une discussion sur les demandes de subventions fourqueusiennes, le maire délégué, à notre demande, nous donne les montants qui seront proposés au conseil municipal de la commune nouvelle, précisant « voici les montants décidés qui nous sont communiqués ». Notre protestation contre ce déni absolu de démocratie est coupée d’une réponse ahurissante : « oui, le temps pressait et nous avons choisi de proposer ces montants sans vous concerter » … En réalité, seul le maire-adjoint a instruit les dossiers des associations, rendus pourtant fin septembre, sans aucune concertation ! Chacun appréciera…

Notons tout de même que les attributions des subventions aux associations doivent être décidées par le conseil municipal après avis du conseil communal de la commune déléguée, conformément à ce que prévoit l’article 2 de la charte de gouvernance de la commune nouvelle qu’on vous a présenté comme garante de l’identité de notre village !!!  Un an après, cette charte est bafouée, le maire délégué trahit déjà, à peine un an après, ses engagements !!! Quoi de moins surprenant de la part de celui qui est allé à l’encontre de l’opinion publique et de la consultation citoyenne qu’il a lui-même provoquée… Ce comportement scandaleux a d’ailleurs ému une grande partie des élus de sa propre majorité qui ont exprimé leur soutien à nos remarques !

Cerise sur le gâteau, lors de notre intervention au conseil municipal du 19 décembre (voir déclaration de Matthieu Cadot en vidéo), le maire de Saint-Germain répond que les conditions d’attributions aux associations relèvent en effet de procédés différents dans les deux communes historiques. Il oublie cependant que ce qui a été fait cette année concernant Fourqueux enfreint complètement la charte de gouvernance de la commune nouvelle. Mais le plus incroyable est sa réponse sur la réunion du conseil communal : « On me dit – dit-il en se tournant vers Daniel Level qui acquiesce – que le conseil communal s’est réuni lundi dernier, je n’y étais pas, et c’est une discussion, je crois, que vous avez eu et l’objectif est de ne rien changer aux procédures que vous aviez avant ».

Non seulement le maire délégué de Fourqueux a trahi sa population, ses élus fourqueusiens, mais il se permet également de mentir effrontément à tous les élus du conseil municipal et en premier lieu au maire de la commune nouvelle, qui, leurré, fait par conséquent une réponse déconnectée de la réalité ! Nos prévisions de fin 2018 se confirment, et sont mêmes empirées : non seulement nos élus majoritaires de Fourqueux ne permettent pas au conseil communal d’exercer son rôle, mais en plus ils choisissent l’absence de concertation et les fausses vérités… Rappelons qu’au cours du conseil municipal précédent, Arnaud Péricard s’est dit favorable à la réunion du conseil communal délégué sur les sujets de concertation locale, sous réserve de l’avis du maire délégué. Et pourtant, rien… Ce dernier n’écoute donc ni sa population, ni son maire…  Pourquoi ??? …

De très mauvais augure pour la suite…

Tribune libre du 19 avril 2019

Tribune de NEF parue dans le Journal de Saint-Germain-en-Laye le 29 mars 2019

Budget : pourquoi nous nous sommes abstenus

Appréciation globalement positive de NEF sur le budget 2019 présenté le 28 mars. Par la voix de Laurent Paul, notre spécialiste finances, nous avons salué le professionnalisme de Maurice Solignac et des services de la commune pour préparer les documents de présentation. Nous reconnaissons les efforts de rigueur qui caractérisent une bonne gestion budgétaire : stabilité de la pression fiscale, réduction de l’endettement, maîtrise des dépenses de fonctionnement.

Qualités que nous préconisions depuis le début de notre mandat. Malheureusement, nous n’avons pas été suivis. Rappelons par exemple que les dépenses de personnel ont augmenté en moyenne de 2% par an à Fourqueux depuis 2014 – un rythme tout à fait excessif qui a conduit à augmenter à plusieurs reprises les taux des taxes locales. La baisse de 0,2% projetée cette année pour la commune nouvelle ne peut donc que nous réjouir !

C’est pourquoi les élus NEF ont approuvé le rapport d’orientation budgétaire lors du conseil du 21 février. Toutefois, lors du vote du budget, nous nous sommes abstenus par fidélité à nos engagements : ceux d’une gestion mieux maîtrisée des finances, certes, mais pour une commune de Fourqueux indépendante. Nous ne pouvons en effet que déplorer que la mauvaise gestion financière à Fourqueux ces dernières années ait constitué l’argument principal en faveur d’une fusion avec Saint-Germain-en-Laye. Cela a largement biaisé le débat sur les mérites de cette fusion, débat qui aurait dû se dérouler de façon plus sereine et en demandant son avis à l’ensemble des citoyens.

Enfin, nous avons voté contre le budget annexe relatif aux locaux commerciaux acquis par la commune de Fourqueux pour les louer à des professionnels. Nous avons toujours considéré que la commune n’avait pas vocation à être bailleur commercial, sauf pour des projets d’intérêt général ou un soutien à de jeunes entrepreneurs qui se lancent, ce qui n’est absolument pas le cas.

Matthieu Cadot

Tribune libre du 29 mars 2019

Tribune de NEF parue dans le Journal de Saint-Germain-en-Laye le 29 mars 2019

Premiers conseils de la commune nouvelle

L’équipe NEF reste fidèle à ses engagements : servir les concitoyens de Fourqueux intégrés à la commune nouvelle et les représenter dans toutes ses instances.

C’est notamment le cas de la CASGBS (communauté d’agglomération) qui comportait jusque-là 10 élus saint-germanois représentant l’ensemble du conseil et 2 élus de la seule majorité fourqueusienne. En présentant sa propre liste, le groupe NEF est parvenu à faire élire l’un de ses membres, Brigitte Lesgourgues, comme nouvelle conseillère communautaire.

Le point fondamental du conseil municipal de février concernait l’approbation du Plan Local d’Urbanisme de la commune déléguée de Saint-Germain, ainsi que la modification du périmètre d’application du droit de préemption urbain qui vise à le faire coïncider avec les zones urbaines du PLU révisé.

Ces délibérations s’inscrivent dans un projet communal d’envergure qui a débuté il y a 3 ans. Celui-ci a généré la production de nombreux documents tels que des diagnostics, rapports d’orientation, débats et enquête publique, tout ceci dans un contexte exclusivement limité au territoire de Saint-Germain-en-Laye, la modification du PLU de Fourqueux ayant été votée fin 2018.

C’est donc par respect pour les habitants de Saint-Germain et par honnêteté intellectuelle que le groupe NEF s’est abstenu sur ces délibérations, n’ayant pas participé aux longs travaux préparatoires. Nous regrettons à ce propos que les élus fourqueusiens issus de l’ancien groupe majoritaire n’aient eu aucune idée à émettre sur ces sujets et n’aient pas eu le courage de tenir une position d’humilité similaire à la nôtre, en votant tous pour des projets qu’ils ne maîtrisaient assurément pas.

L’ouverture vers l’avenir ne permet aucun compromis de complaisance, elle nécessite des positions claires basées sur l’étude des dossiers. Nous œuvrons en ce sens, dans un esprit constructif, pour permettre la meilleure intégration de Fourqueux dans la commune nouvelle.

Matthieu Cadot

Tribune libre du 15 mars 2019

Tribune de NEF parue dans le Journal de Saint-Germain-en-Laye le 15 mars 2019

Faisons les présentations !

Récemment intégré au conseil municipal de la commune nouvelle, le groupe Nouvelle Energie pour Fourqueux (NEF) constituait l’opposition municipale à l’équipe majoritaire de notre village. Fort de six élus (le maximum possible en cas de courte défaite), NEF a toujours œuvré, depuis 2008, à une opposition constructive pour l’intérêt général.

Sans a priori sur une fusion de communes, nous avons représenté les Fourqueusiens, fortement opposés à ce projet. Sur le fond bien sûr, mais aussi sur la procédure qui, à Fourqueux, a bafoué la voix d’une majorité de nos concitoyens.

La population de notre village n’était pas prête à un projet aussi précipité, à deux communes seulement, et réalisé sans son consentement. Malgré ses vives manifestations, son avis n’a pas été pris en compte. Même si au final près d’un tiers de la majorité municipale nous a rejoints en ne votant pas la fusion, l’annexion est entérinée. La survie de Fourqueux est désormais entre les mains du tribunal administratif qui aura à examiner deux recours contre l’arrêté de formation de la commune nouvelle.

Mais parlons d’avenir ! Le conseil municipal du 20 février a voté son règlement intérieur qui organise le droit des groupes minoritaires à s’exprimer dans le journal municipal. Notre première tribune est celle des présentations puisque les saint-germanois ne nous connaissent pas. Le groupe NEF, élu pour 6 ans, entend bien représenter ses électeurs jusqu’au terme de son mandat et s’investir dans les travaux de la commune nouvelle. C’est pourquoi nous siégeons et participons à la vie municipale de la nouvelle entité. Nous ne sommes donc pas une opposition de principe mais bien au contraire, un groupe minoritaire – le plus important en nombre d’élus – constructif, sans préjugés, engagé plus que jamais et avec détermination pour le bien-être de tous et le maintien de « l’esprit village » de Fourqueux au sein de la commune nouvelle.

Matthieu Cadot

 

Lettre de NEF au maire du 18 novembre 2018

Monsieur le Maire, cher Daniel,

Conformément à mon mail de vendredi soir (ci-dessous), je vous prie de bien vouloir trouver en PJ un courrier émanant de six conseillers municipaux de votre commune.
 
Soucieux d’informer notre population, vous avez diffusé vendredi soir à 19h08, via une édition spéciale de Fourqueux info, un courrier de Monsieur le Maire de Saint-Germain-en-Laye qui figure sur le site communal dans la rubrique “commune nouvelle”.
 
Je vous saurais donc gré d’utiliser, dès demain matin, le même canal d’information communale pour communiquer à nos concitoyens un courrier issu de certains élus de leur propre commune et de le faire figurer sur le site au même titre que celui de M. Péricard. En effet, les habitants de notre village ne comprendraient pas que l’information municipale soit triée par vos soins et que toutes les communications relatives au projet de fusion de communes ne leur soient pas communiquées.
 
Je vous rappelle en outre votre obligation de laisser une place pour l’expression de l’opposition dans tout support de communication utilisé (article L.2121-27-1 du Code général des collectivités territoriales  : « Dans les communes de 3 500 habitants et plus, lorsque la commune diffuse, sous quelque forme que ce soit, un bulletin d’information générale sur les réalisations et la gestion du conseil municipal, un espace est réservé à l’expression des conseillers n’appartenant pas à la majorité municipale. »)
 
Bien cordialement.
 
Pour les conseillers municipaux du groupe NEF,
Matthieu Cadot

Courriel adressé au maire vendredi 16 novembre à 21h44

Monsieur le Maire, cher Daniel,

Je vois que vous avez à cœur, encore ce vendredi soir à 19h08, de faire publier une information importante à l’adresse de vos administrés avec une édition spéciale de Fourqueux Info, dans laquelle vous communiquez un courrier de soutien à la démarche de fusion de communes émanant de Monsieur le Maire de Saint-Germain-en-Laye.
Pour une information complète de nos concitoyens, je vous adresserai également un courrier, au plus tard dimanche, vous exprimant la position de certains élus de notre commune. J’aurais souhaité le faire de suite mais je comprends que notre service de communication ne puisse le publier le week-end.
Dans un souci de démocratie et de transparence, je vous remercie donc de faire le nécessaire pour qu’une édition spéciale du même type ait lieu dès lundi matin, via ce même canal municipal, financé par l’ensemble des fourqueusiens, avec ce courrier. Je vous remercie également de faire figurer ce courrier sur la page du site de la ville consacré à la commune nouvelle, au même titre que le courrier de M. Péricard.
Je vous prie de croire, Monsieur le Maire, cher Daniel, à l’expression de mes sentiments les meilleurs.
Pour le groupe NEF,
Matthieu Cadot

Donnons la parole aux Fourqueusiens !

Intervention de Matthieu Cadot lors de la réunion publique à l’ESPACE de Fourqueux le 12 juin dernier.

La première phase de l’étude sur la fusion, consacrée aux finances et à la fiscalité, s’est achevée en avril. Comme tout le laissait présager, les résultats sont sans appel : selon les rédacteurs, il n’y aurait que des avantages à fusionner à quatre communes ! Aucun inconvénient, aucune moins-value relevée… à moins que seuls certains aspects aient été présentés ? …

La seconde phase a débuté et elle devra approfondir la gouvernance et les services publics du projet à quatre communes. Une étude comparative d’un projet à quatre communes ou d’un projet à trois communes a été abandonnée ; c’était pourtant bien ces aspects qu’il était fondamental de disséquer !!!

Concrètement, pour Fourqueux, nous nous interrogeons sur la réelle plus-value d’une telle fusion en termes de services publics. Nombreux sont ceux qui, parmi nous, ont choisi notre village pour son caractère rural et sa taille humaine. Nous y disposons de tous les services de proximité, une école unique que nous connaissons bien, que chaque élu a à cœur de valoriser. Les aides délivrées par le Centre Communal d’Action Sociale sont personnalisées, notre milieu associatif est riche et dynamique notamment grâce à la proximité entre ces acteurs fondamentaux de la vie communale, les services municipaux et les élus, tous impliqués sur un territoire à taille humaine qui permet le dialogue et qui facilite les rencontres. A l’âge du collège et du lycée, les jeunes Fourqueusiens se rendent, et ce fut toujours le cas, à Saint-Germain-en-Laye où ils pratiquent aussi certaines activités sportives. Alors, en terme de services publics, quel intérêt pour Fourqueux de se précipiter vers une fusion ? Nous disposons de tout ce dont nous avons besoin et l’on nous promet une « amélioration de ces services ». Lorsque nous demandons lesquelles, encore dernièrement en réunion publique (voir photo), aucune réponse ne nous est apportée … Or il s’agit bien là du cœur de vos interrogations : quelles compensations suffisamment importantes permettraient-elles de surmonter la disparition de notre village ? Sa perte d’identité communale ?  La centralisation des décisions ? Notre mairie deviendra-t-elle une mairie déléguée exclusivement réservée aux anciens Fourqueusiens ou deviendra-t-elle la mairie-annexe du nouveau quartier “Bel Air – Fourqueux”  une fois prise la décision de dédier à d’autres fonctions celle existante place des Rotondes.?

Toutes ces questions, vous êtes nombreux à nous les poser et, pour le moment, les élus de la majorité n’ont apporté aucune réponse.

L’équipe NEF se mobilise pour vous et demande impérativement à M. le Maire de nous éclairer sur les points suivants :

. Le maire de Mareil-Marly avait annoncé le 14 juin dernier une consultation des citoyens mareillois. Mais le 27 juin, plus d’un tiers des élus ont démissionné du conseil municipal, provoquant de ce fait l’organisation de nouvelles élections municipales fin septembre. C’est désormais dans les urnes que s’exprimera le choix de nos voisins puisque la fusion de communes sera bien entendu au cœur de la campagne. Le maire de l’Etang-la-ville également accepté ce principe et indique qu’il consultera la population si son conseil municipal vote en septembre  la poursuite de la procédure. “Je suis convaincu que rien ne pourra se faire sans passer par cette étape” a-t-il confié au Courrier des Yvelines. Pourquoi Fourqueux serait-elle la seule petite commune dont les habitants seraient privés de  parole ? ! Nous avons toujours promu la consultation démocratique de la population et sommes fondamentalement pour l’égalité d’expression des citoyens sur un projet de territoire commun. Nous demandons donc expressément une telle consultation à Fourqueux.

. Compte-tenu des difficultés de gouvernance à Mareil-Marly et des répercussions que celles-ci peuvent avoir sur le projet, une simple absorption de notre village par Saint-Germain semble se profiler. Pour autant, l’étude en cours n’envisage en rien cette option et n’a pas étudié en détail les implications. Nous refusons une telle éventualité qui serait décidée dans une immense précipitation, sans que élus et citoyens n’aient pu être suffisamment informés ni entendus.

Chères Fourqueusiennes, chers Fourqueusiens, l’équipe NEF reste fidèle à ses engagements de 2014 : se battre à vos côtés pour promouvoir « l’esprit village » qui nous tient tant à cœur et envisager l’avenir dans la concertation, la vision à long terme, sans précipitation ni décision hâtive.

Nous considérons qu’un projet d’une telle envergure mérite davantage de temps à tous points de vue et impose qu’il fasse l’objet d’une réflexion approfondie, qu’il soit soumis à votre appréciation lors d’un vote. Nous demandons de reporter cette décision au prochain mandat, afin que la fusion de notre commune soit au cœur des débats précédant la future élection municipale.

Nous vous donnons rendez-vous en septembre pour un débat qui sera sans nul doute décisif pour l’avenir de notre beau village de Fourqueux. Le maire a accepté de nous donner accès à une salle de l’ESPACE  mais voilà près d’un mois que nous attendons des propositions de dates… Nous ne renonçons pas et trouverons le moyen de vous réunir. La mobilisation de tous sera cruciale.

Dans cette attente, nous vous souhaitons un bel été, reposant et revigorant.

 

Linky suite

ERDF_pose_compteur_LinkyA la suite de la réponse du 25 octobre dernier apportée aux Fourqueusiens qui nous ont interpellés, NEF a poursuivi son enquête et vous informe que :

  •  les compteurs Linky ne sont pas obligatoires pendant la période de déploiement mais le deviendront ensuite (2021), sous peine de coupure de l’électricité par Enedis.
  • Enedis met la pression aux communes et aux particuliers pour l’installation de ce compteur. Ils ont donc rendu la procédure de refus compliquée : lettre recommandée (si possible motivée !!!) et ont choisi de sur-facturer aux particuliers qui ont refusé l’installation toutes prestations actuelles qui disparaissent avec les compteurs Linky (par exemple le relevé de compteur).
  • Certaines communes ont tenté de refuser l’installation des compteurs Linky sur leur territoire par délibération du Conseil municipal. En octobre dernier, une commune du Périgord a reçu de la préfecture un référé d’urgence pour suspendre la délibération du Conseil et le tribunal a ensuite confirmé cette suspension en condamnant cette commune à payer des frais à Enedis !!!
  • Cependant, les compteurs étant propriété de la commune (sauf si cette compétence a été transférée à la communauté d’agglomération – nous ne savons si tel est le cas pour Fourqueux puisque cela n’a pas été débattu en conseil municipal) -, le maire a donc donné son accord à Enedis pour la mise en place des compteurs nouvelle génération. Chacun peut donc interpeller son maire pour lui signifier sa désapprobation et lui demander quelles raisons l’ont poussé à donner son accord sans avoir consulté la population. N’oublions tout de même pas que son refus aurait pesé peu de poids. Seule l’absence d’information envers la population est donc concrètement critiquable.
Les informations qui précèdent sont issues de nos recherches et peuvent probablement être complétées.