Les élus de Fourqueux enfin réunis !

Quelle coïncidence étonnante ! Il a suffi que NEF réclame la tenue d’un conseil communal dans sa tribune du Journal de Saint-Germain du 24 mai pour que, 15 jours plus tard, le maire délégué de Fourqueux se décide enfin à convoquer les conseillers municipaux en commission générale. Pour la première fois depuis l’absorption de Fourqueux par Saint-Germain, les 27 membres de l’ancien conseil municipal se réuniront le 3 juillet pour “un point d’étape partagé du process de mise en oeuvre de la commune nouvelle” et un tour d’horizon des “projets structurants”.

Officiellement, il ne s’agit donc toujours pas du conseil communal promis avant le vote par les deux maires, dans la charte de gouvernance de la commune nouvelle. Pourtant, lors du Facebook live tenu le 13 février par les deux maires, Daniel Level s’était à nouveau engagé en répondant à une question de notre ami Michel Barreau : “Je pense qu’avant l’été, on aura le premier conseil communal de Fourqueux et même avant, il y aura, comme nous l’avons promis, une réunion à l’Espace, sans doute en avril ou mai, où on va expliquer ce qui s’installe pour Fourqueux dans cette commune nouvelle.

Ou comment illustrer une fois encore la citation cynique de l’ancien président du Conseil Henri Queuille : “Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent !”

Bonus financier commune nouvelle : l’argent ne pousse pas sur les arbres

À l’appui du projet de fusion, les élus VFE n’ont eu de cesse de vanter la manne financière dont la commune déléguée de Fourqueux allait être bénéficiaire. Cette argumentation est encore reprise à satiété dans le dernier A propos municipal  dont la lecture donne l’impression que notre village est passé le 1er janvier dernier d’une situation d’extrême disette à une aisance confortable. Rétablissons ici quelques vérités.

Des promesses avaient été faites par le Conseil départemental pour subventionner à hauteur de 50%, en cas de fusion, des projets d’investissement dans la commune nouvelle, dans la limite de 100 euros par habitant. Soit un montant de 4,6 millions dont le versement pourra être étalé sur plusieurs années et à comparer avec le budget d’investissement de la commune nouvelle prévu à 21 millions d’euros en 2019.

Les différents projets d’investissement ont été présentés lors du conseil municipal du 23 mai et l’enveloppe sera répartie entre les deux communes déléguées. Fourqueux ne bénéficiera que d’environ 30% de la subvention qui servira en particulier au réaménagement de la place de la Grille et à celui du parc sportif, ainsi qu’à l’extension de la vidéo protection déjà présente à Saint Germain-en-laye dans notre village.

On peut d’abord s’interroger sur le caractère normal du cadeau, opportunément accordé en plein débat sur la fusion par les soutiens politiques des deux maires en place, et visant explicitement à faire pression sur le vote des conseillers municipaux. Rappelons aussi que ce qui est donné en plus à la commune nouvelle est forcément pris sur ce qui devait être versé à d’autres communes des Yvelines, sauf à faire un peu plus les poches des contribuables !

De surcroît, il est très probable que des subventions du Département auraient pu être sollicitées et obtenues par une commune de Fourqueux restée indépendante, ainsi que nous l’avons vu dans le passé pour le réaménagement du centre village ou de l’Espace.

Dernier point à garder à l’esprit, ce bonus financier du Département n’est accordé qu’une seule fois et ne constitue donc pas un soutien pérenne aux investissements de la commune nouvelle.

Au total, une aide financière ponctuelle que l’on n’a pas de raison de refuser mais qui ne change rien aux équilibres budgétaires de moyen terme pour notre collectivité. Pas de quoi donc justifier l’autosatisfaction exprimée par le maire délégué de Fourqueux.

Le Courrier des Yvelines pince Daniel Level

Saluons la belle indépendance journalistique du Courrier des Yvelines. Dans son édition du 22 mai, l’hebdomadaire local consacre une pleine page au problème de l’illégalité du siège excédentaire consenti par les maires de la CASGBS à l’ancien maire de la commune de Fourqueux.

Et Daniel Level en prend pour son grade, notamment pour son interprétation scandaleuse de la loi (voir ci-contre).

De façon plus amusante, le Courrier épingle aussi le maire délégué, coupable de continuer, au mépris de la loi, à arborer l’écharpe tricolore de maire, dotée de glands d’or,  alors qu’il n’a plus droit qu’à celle réservée aux adjoints, aux simples glands argentés.
Et pan sur le bec !

Soutenez notre action

La procédure judiciaire contre la fusion de communes que nous avons engagée avec l’aide d’un avocat spécialisé en droit administratif représente un coût non négligeable que nous ne pouvons assumer seuls.
Nous avons donc fait appel à vous pour nous soutenir financièrement et beaucoup d’entre vous ont déjà répondu généreusement. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés !
Nous devons cependant régler les honoraires des deux requêtes et il nous manque encore environ un quart de la somme totale. Nous sommes donc dans l’obligation de vous solliciter à nouveau.
Vous pouvez nous aider en adhérant à notre association et /ou en faisant un don, au moyen du bulletin ci-joint.Toute contribution même modique sera la bienvenue, par virement bancaire à l’aide de ce RIB ou par chèque à adresser à l’association NEF – Nouvelle Energie pour Fourqueux – c/o Matthieu Cadot – 3 impasse de la ferme des Hézards – 78112 Fourqueux.

D’avance, un très grand merci pour votre soutien !

Les couleurs du deuil

C’est tout de noir vêtus que vos élus NEF assistaient le 11 janvier au soir, salle Fulcosa, aux vœux de l’ex-maire Daniel Level. La tenue de deuil était en effet de rigueur alors que vient de disparaître notre commune de Fourqueux. Les six conseillers municipaux ont également refusé de prendre place sur l’estrade aux côtés de ceux qui ont signé l’arrêt de mort de notre village et se sont ensuite rapidement éclipsé, considérant qu’il n’y avait vraiment pas lieu de festoyer…

Pourquoi nous avons décidé de siéger

Déclaration de Matthieu Cadot, chef de file du groupe NEF, en préambule aux délibérations du conseil municipal du 7 janvier, portant création de la commune nouvelle.

” Je m’adresse à vous, élus saint-germanois, pour vous présenter, très brièvement et comme j’ai déjà eu l’occasion de le faire auprès de votre maire, la position du groupe NEF – Nouvelle Energie pour Fourqueux – que j’ai l’honneur de représenter.

Lire la suite et regarder la vidéo

Conseil municipal d’installation sans surprise… sauf une !

Ayant décidé d’assumer pleinement leur mandat, vos élus NEF étaient présents ou représentés lors de la séance d’installation du conseil municipal de la commune nouvelle le 7 janvier. Un long, très long conseil qui s’est déroulé exactement comme nous le supposions : en ordre de marche derrière leur maire, les élus saint-germanois, dans leur quasi-majorité, ont entériné tous les projets de délibérations préparés par l’exécutif, rejoints évidemment par les élus VFE de Fourqueux. Comment expliquer sinon que tous les votes prévus à bulletin secret n’aient recueilli qu’une dizaine de votes contraires ?

C’est donc sans aucune surprise qu’Arnaud Péricard a été élu maire de la commune nouvelle, après lecture de son panégyrique par Daniel Level.  Adjoint de droit, ce dernier rejoint les 15 adjoints désignés, 13 pour Saint-Germain et 2 pour Fourqueux : Bernard Ophèle et Elisabeth Guyard.
Par dérogation légale, les deux maires des anciennes communes deviennent maires délégués de droit des deux communes déléguées qui récupèrent aussi tous leurs adjoints précédemment en place.

C’est aux seuls élus NEF que revient le mérite d’avoir animé cette soirée très conventionnelle en créant l’unique surprise. Alors que la mécanique bien huilée des approbations tirait à sa fin, Arnaud Péricard a soumis au vote à mains levées l’élection des conseillers communautaires représentant la commune nouvelle à la communauté d’agglomération Saint Germain Boucles de Seine (CASGBS). Les deux maires s’étaient mis d’accord pour reconduire les conseillers sortants, au nombre de 10 pour Saint-Germain (dont 2 conseillers d’opposition) et de 2 pour Fourqueux : Daniel Level et Elisabeth Guyard, laquelle cumule décidément les fonctions avec quatre mandats électifs.

C’était sans compter avec le groupe minoritaire désormais le plus important de la commune nouvelle, celui de NEF ! Nous avons donc décidé de présenter notre propre liste, conduisant le Maire de la commune nouvelle à décider une suspension de séance pour se concerter avec son groupe et choisir de sacrifier un opposant plutôt que ses nouveaux adjoints !

A la reprise de la séance, le vote a eu lieu, à bulletins secrets comme la loi l’exige en pareil cas. Seul un élu a ajouté sa voix à celles de notre groupe. Mais la règle de la proportionnelle a permis à NEF d’emporter un siège supplémentaire pour Fourqueux. Au détriment du socialiste Pascal Levêque qui perd sa place dans l’instance intercommunale au profit de Brigitte Lesgourgues, conseillère municipale NEF.

Notre candidature n’avait en aucun cas pour but de retirer un siège à un élu d’opposition qui s’intéresse depuis longtemps aux enjeux de l’intercommunalité. Nous demandons donc qu’un élu de la liste majoritaire, déjà sur-représentée,  démissionne. Dans tous les cas, conformément à leurs engagements, les élus du groupe NEF ont réussi dès cette première séance à représenter notre village qui compte désormais un élu communautaire de plus !

Ajoutons que la discipline de vote des élus s’explique peut-être aussi par le procédé de vote : en raison du manque de place dans une salle pas prévue pour 70 élus et pour gagner du temps, les votants ne sont pas passés par l’isoloir mais ont dû insérer leur bulletin à leur place, sous l’œil intéressé de leurs voisins et celui indiscret des caméras filmant la séance. Vous avez dit “vote à bulletins secrets” ?