Baisse de la Dotation Globale de Financement de l’Etat

Baisse de la Dotation Globale de Financement de l’état: malheureusement l’argent ne pousse pas sur les arbres.

L’Association des Maires de France (AMF) a organisé samedi 19 septembre une journée de protestation contre les mesures décidées par l’état de réduire les dotations globales de financement (DGF) , destinées à contribuer au financement des investissements des collectivités locales. La majorité municipale a décidé d’associer notre village à cette démarche par le biais de l’organisation d’une rencontre entre les élus et les habitants lors du marché du samedi matin.

Bien qu’ayant été conviés à se joindre à cette réunion en leurs qualités de conseillers municipaux, les élus NEF ont choisi de décliner cette invitation qui leur semble surtout s’apparenter à une action de communication.

On peut bien entendu regretter la réduction des ressources venant du Budget de l’état mais on ne peut pas dans le même temps protester contre l’augmentation continue de la pression fiscale ces dernières années.  Notre pays enregistre un niveau record des prélèvements obligatoires (45% du revenu national est ponctionné par les impôts et cotisations obligatoires) et en même temps une dette supérieure à 2000 milliards d’euros et un déficit public proche de 100 milliard d’euros. La seule solution pour sortir de cette spirale est la réduction des dépenses publiques, et cet effort doit être mené dans un contexte où l’état doit faire face à des charges absolument incompressibles – sur la sécurité, la défense ou la protection sociale. Dans ces conditions, il ne nous semble pas que la baisse de la DGF inscrite dans le budget 2016, qui devrait être de l’ordre de 2 milliards d’euros pour l’ensemble des communes et intercommunalités de France, soit quelque chose de complètement insurmontable.

 

Comme les élus NEF l’ont répété à plusieurs reprises, durant la campagne des municipales puis à l’occasion du vote des budgets, les difficultés financières que rencontre notre commune ne sont qu’en partie liées à la baisse des dotations de l’état. Une DGF maintenue à son niveau antérieur n’aurait pas suffi à couvrir les investissements du centre village et à éviter l’augmentation de l’endettement de notre commune. Enfin, la cause principale de l’augmentation des impôts locaux chez nous reste la hausse trop rapide des charges de fonctionnement, personnel, charges générales et charges financières. De ce point de vue, on doit regretter que le dossier de l’intercommunalité[1], une piste essentielle d’économies sur les dépenses courantes, avance de façon complètement brouillonne et sans que les citoyens soient informés ni consultés.

 

Au total, les sujets d’ordre budgétaire ne manquent pas pour dialoguer avec les habitants de Fourqueux. Mais plutôt que de se focaliser sur des décisions de l’état sur lesquelles nous n’avons pas de prise, parlons plutôt des mesures concrètes que nous pouvons prendre au niveau du village pour assurer l’équilibre de nos finances tout en conservant un niveau de prestations satisfaisant pour ses habitants.

 

Laurent Paul

[1] Voir à ce sujet l’excellent blog de notre ami Michel Barreau :
http://www.seine-forets.fr/

 

Une Journée à l’école

Encore une belle démonstration  du dynamisme et du savoir-faire de l’association Fourqueux Patrimoine ! A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, la présidente Monique Grout, son bureau et de nombreux adhérents bénévoles nous ont offert une Journée à l’école. 

Dominique RignaultConçue par Dominique Rignault assisté de Catherine Depaulis, une magnifique exposition très documentée nous a ramenés sur les bancs de l’école pendant tout le week-end des 19 et 20 septembre. cartes geoLes visiteurs très nombreux ont retrouvé avec plaisir les cahiers à lignes remplis d’une écriture soigneuse à la plume Sergent Major, les grandes cartes de géographie, les ardoises et les craies, les bons points, … ainsi que tout un lot de photos de classe sur lesquelles les plus anciens Fourqueusiens ont pu reconnaître leurs maîtres et leurs anciens condisciples.

Mat au barbecue

 

En parallèle, Fourqueux Patrimoine a convié tous les courageux à passer ou repasser leur certificat d’études.

Après avoir partagé dans la cour de l’école un déjeuner avec barbecue, les volontaires se sont assis derrière les anciens pupitres issus de l’école communale pour plancher sur les épreuves de français, mathématiques, histoire et géographie de 1923.
Pas évident de se replonger dans l’accord du participe passé, les problèmes de trains qui se croisent, l’emplacement des sous-préfectures et de retrouver quelle reine a épousé quel roi !
Certif
Pour grappiller quelques points supplémentaires, les candidats de tous âges ont dû réussir quelques jeux de cour de récréation : corde à sauter, billes, osselets, marelle … parfois aidés par les nombreux enfants présents. Après corrections des copies par quatre professeurs intraitables, c’est Christiane Renaud, directrice de cet établissement éphémère et bénévole active de Fourqueux Patrimoine, qui, en chapeau et gants blancs, entourée d’enfants de l’actuelle école, a décerné le précieux sésame aux lauréats.

Un immense merci à Fourqueux Patrimoine pour cette journée pleine de bonne humeur et d’esprit village à laquelle notre député Pierre Morange, soutien fidèle de l’association, nous a fait l’honneur de participer. Les élus NEF étaient également très présents  tout au long de la journée : Matthieu Cadot, Laurent Paul, Sophie Perinetti, Jérôme Goulet et l’auteur de ces lignes, ainsi que Jean-Louis Ricome du groupe VFE.

Brigitte Lesgourgues

 

Qui n’avance pas…recule !

Ce samedi 19 septembre, concomitamment aux festivités des Journées du Patrimoine, nous avons assisté à la mobilisation massive de maires et d’élus locaux visant à protester contre la baisse des Dotations Globales de Fonctionnement (DGF) octroyées par l’État aux collectivités locales. Ce fut le cas aussi à Fourqueux.

Oui, depuis 2014, le gouvernement s’est engagé dans la réduction de 25% de la DGF qui va passer de 40 milliards d’euros en 2014 à 29,4 milliards d’euros en 2017. Cette baisse de 11 milliards d’euros s’inscrit dans un plan d’économies du gouvernement de 50 milliards d’euros de la dépense publique.

Oui, cette réduction des « aides » de l’État est forte et brutale. Mais prenons un peu de hauteur :

  • le budget de la France est lourdement déficitaire depuis des décennies
  • notre pays vit au-dessus de ses moyens
  • la dette française a doublé en 10 ans pour dépasser 2000 milliards d’euros en 2015 soit près de 100% du PIB
  • notre pays vit à crédit
  • la charge de la dette est le 2e poste budgétaire des dépenses de l’État
  • notre pays est engagé dans un cercle vicieux
  • la France détient la 2e place sur le podium de la pression fiscale au sein des 34 pays de l’OCDE avec un taux de 45% du PIB
  • notre pays est en surchauffe fiscale

Dans ce contexte, rien ne serait pire que de rester ancrer sur des postures politiques, des dogmes idéologiques et sur une vision égoïste de l’exercice de son pouvoir local au détriment de l’intérêt général. Cela conduit inexorablement à l’aggravation de la situation économique et budgétaire de notre pays.

Oui, la mobilisation de tous les acteurs des collectivités locales, élus et citoyens, est nécessaire. Elle a d’ailleurs trois vertus :

  • Sensibiliser les habitants à la gestion financière de leur commune : multiplicité des missions et complexité de pilotage
  • Présenter les actions engagées et à engager pour pallier la baisse de la DGF
  • Débattre de l’évolution nécessaire de l’organisation et du fonctionnement des collectivités locales et territoriales

Mais cette baisse de la DGF constitue aussi un électrochoc nécessaire et salutaire pour stopper une forme de fuite en avant des collectivités territoriales :

  • Les effectifs des communes et intercommunalités ont augmenté de 26% entre 2000 et 2011 sans rapport avec les ressources humaines nécessaires pour assumer le transfert et l’élargissement de leurs compétences.
  • La création des communautés de communes et des intercommunalités n’est aujourd’hui qu’une couche supplémentaire du mille-feuilles des collectivités territoriales. Quelles économies ? Quelles structures supprimer ? Les bonnes intentions originelles sont restées sans suite….
  • On ne compte plus l’argent public gaspillé dans des investissements d’infrastructures communales inadaptées (voire démesurées) ou dont le fonctionnement et l’entretien deviennent un fardeau pour un budget communal : médiathèque, piscine, terrain multisports,…

Notre village de Fourqueux n’échappe pas à la règle. La baisse de la DGF touche aussi notre budget municipal.

L’unique enjeu auquel nous devons faire face est d’assurer la pérennité et la qualité des services qui constituent les missions fondamentales de notre commune, sans augmenter notre endettement ni alourdir la pression fiscale locale.

Oui, cette mobilisation est nécessaire.

Mais elle ne doit pas servir à défendre un bilan ou à chercher d’obtenir un quitus d’une prétendue bonne gestion auprès de ses administrés.

Au contraire, nous devons saisir cette opportunité pour réfléchir sans tabous :

  • à la réduction de nos dépenses
  • au déploiement d’un processus de contrôle de gestion
  • à la mutualisation de nos services avec d’autres communes
  • à l’anticipation des évolutions sociétales
  • à la définition du spectre de nos missions
  • à la priorisation de nos actions
  • à la planification de nos investissements

Ne pas avancer dans cette démarche, c’est reculer.

Jérôme Goulet

Pourquoi NEF approuve la modification du PLU

Pourquoi NEF approuve la modification du PLU

En 2010, le Plan d’Occupation des Sols de Fourqueux a été remplacé par un Plan Local d’Urbanisme (PLU). Modifié une première fois en 2012, il est actuellement soumis à une nouvelle modification. Après enquête et conclusions du commissaire enquêteur, il sera présenté au vote du Conseil municipal au mois de novembre.

Aussi, nous souhaitons partager avec vous quelques réflexions au sujet de cette modification importante.

Le projet de modification du PLU a été présenté en réunion publique le 2 juillet à l’Espace. Le dossier complet est disponible en mairie depuis le 1er septembre et jusqu’au 30 septembre.

Vos élus NEF ont participé aux commissions et groupes de travail qui ont permis d’aboutir à cette série de modifications. Nous avons dialogué avec la majorité en place, nous nous sommes exprimés en ligne avec nos convictions, nous avons été écoutés et souvent entendus.

Pourquoi modifier notre PLU ?

Tout d’abord pour l’adapter aux nouvelles règles légales et ainsi le rendre plus complet et lisible. En effet, les nouvelles lois requièrent une refonte des PLU pour les mettre en adéquation avec les nouvelles dispositions imposées par les lois ALUR et Grenelle II.

À titre d’exemple :

  • La loi ALUR supprime le coefficient d’occupation des sols ainsi que les limites de taille des terrains constructibles : En conséquence, les articles 5 et 14 du PLU seront retirés.
  • Les nouvelles dispositions légales imposent 25% de logements locatifs sociaux pour toute opération de création ou rénovation de logements comportant au moins 4 logements, : aussi les articles 2 de chaque zone du PLU seront adaptés.
  • Les orientations de la loi Grenelle II pour lutter contre les effets de serre imposent des points de charges électriques dans les parcs de stationnement des bâtiments neufs, ce qui entrainera la modification de l’article 12 du PLU.

La modification du PLU permettra également d’assurer la préservation de notre environnement en adaptant les règles de constructibilité (limites séparatives, emprises au sol, coefficient de biodiversité ) aux caractéristiques souhaitées pour notre village. La suppression  du COS et des surfaces minimales évoquée plus haut, qui vise à créer des logements et à densifier les surfaces, est applicable  depuis mars 2014.  Sans adaptation du PLU, la nouvelle loi peut permettre des constructions sans limite de surface habitable ou la construction de grands bâtiments sur de petites parcelles et dénaturerait ainsi l’homogénéité des bâtis existants.

Enfin, le projet du PLU détermine des Opérations d’Aménagement et de Programmation (OAP). Il s’agit de zones délimitées géographiquement, soumises à des règles d’urbanisme particulières. L’objet de ces OAP est de mettre en place des projets à caractère d’intérêt général, tel que la construction de logements sociaux, de maisons de retraite ou encore d’écoles. Ceci permet à la Ville de respecter notamment ses obligations de création de logements sociaux et de prendre en même temps des orientations en matière d’évolution démographique. De par ces initiatives, la ville maîtrisera activement son évolution à long terme au lieu de la subir de la part de l’État ou de promoteurs.

En 2014, l’équipe NEF s’était engagée en matière d’urbanisme à Préserver, Aménager et Prévoir.
Notre participation a pesé dans les débats, nous estimons que les modifications du PLU sont en phase avec nos valeurs et qu’elles vont dans le sens de nos préconisations, c’est pourquoi NEF soutient le projet de modification du PLU envisagé.

Yann Morvan

C’est la rentrée : fini les vacances

C’est la rentrée : fini les vacances, retour sur les bancs de l’école pour les petits mais aussi les grands.
Une année avec de nouveaux programmes à préparer pour bientôt et le maintien de la réforme des rythmes scolaires. Cette réforme, mise en place l’an dernier, ne fait pas l’unanimité à Fourqueux tant auprès du corps enseignant que des familles. Son organisation, choisie par la municipalité, se trouve compliquée. Quant aux enfants, n’en parlons pas ! … et surtout les petits de maternelle :
– une matinée de plus à se lever de bonne heure pour retourner à l’école,
– un après-midi qui multiplie les intervenants
– des jeunes enfants qui au final sont plus fatigués qu’avant …
Mais c’est avec sérénité que, dans les écoles de Fourqueux, nous confions nos enfants à des équipes enseignantes toujours de grande qualité, disponibles et motivées, à l’écoute et impliquées dans leur suivi comme en témoigne, par exemple, leur présence à l’étude.
Un grand merci également aux animateurs et aux ATSEM qui prennent tant soin des écoliers et qui ont toujours un mot réconfortant pour les familles. Merci aussi aux fédérations de parents d’élèves, liens fondamental entre les familles, les enseignants et la municipalité pour la vie quotidienne des enfants et les manifestations des écoles.

Cette année, ni fermeture ni ouverture de classe mais le plaisir d’accueillir de nouvelles familles qui viennent d’emménager dans le village et qui se sont déjà investies dans les différentes associations de parents d’élèves.
En retournant sur le chemin de l’école, nous avons eu la surprise de voir la haie éradiquée, mettant à nu un mur de clôture fort triste et peu esthétique. Un projet serait en cours de réflexion. Quel dommage qu’il n’ait pas été étudié en amont … Espérons qu’il émerge avant la saison des plantations qui approche !
Bonne rentrée à tous !

Sophie Perinetti

NEF lance son association !

ImpressionLes nombreux témoignages, échanges et demandes dont vous nous avez fait part durant toute cette année ont conduit vos élus NEF à créer une structure qui nous permette de mieux travailler ensemble. C’est ainsi que notre association a vu le jour cet été.

Adhérer à l’association NEF, c’est soutenir notre action, c’est encourager notre engagement : une opposition municipale vigilante, constructive et volontaire. Les années à venir seront cruciales pour l’avenir de notre commune et notre détermination est entière pour défendre les idées que nous avons développées durant notre campagne de 2014 et pour lesquelles nous nous battons. Alors même que les grands projets de la majorité actuelle semblent s’éloigner de nos préconisations, esprit village et gestion rigoureuse de nos finances restent nos priorités.

Nous nous engageons à tenir nos adhérents prioritairement informés de nos actions et des débats du conseil municipal. Ils seront alors les interlocuteurs et porte-paroles privilégiés des élus NEF.

Dans un second temps, nous inviterons les membres qui le souhaitent à rejoindre des groupes de travail et de réflexion.

Votre expertise de notre commune et vos relais sont précieux et permettront assurément d’étoffer nos propositions et remarques.

Aussi, n’hésitez pas.  Adhérez à l’association NEF, faites-la connaître autour de vous : plus nous serons nombreux, plus notre voix sera entendue !

Pour vos élus NEF,

Matthieu Cadot

Téléchargez le bulletin d’adhésion à NEF

A propos des finances

Le journal de Fourqueux publié le mois dernier comprend en page 4 un article détaillé sur les finances de la commune qui est une défense et illustration de l’action de la majorité municipale venant en supplément de la tribune d’expression libre de VFE portant sur le budget dans ce même journal.

La présentation est pour le moins biaisée car elle repose sur une comparaison entre le budget prévisionnel 2014 et celui 2015. Or, ainsi qu’il est d’ailleurs indiqué dans l’article, le résultat de l’exercice 2014 est meilleur que prévu du fait de certaines économies de gestion mais aussi et surtout en raison du retard pris dans les travaux du centre village qui va entraîner des reports de dépenses sur cette année. Dès lors, il est plus logique de faire une comparaison entre le budget effectif de 2014 et le budget voté pour 2015. Ceci donne les résultats suivants, assurément moins flatteurs :

  • Dépenses nettes de fonctionnement : + 2,27% au lieu de – 1%
  • Charges générales : +2,1% au lieu de – 4%
  • Charges de personnel : + 3,8% au lieu de +0,6%

Par ailleurs, si l’article s’étend largement sur les conséquences de la baisse de 15% de la DGF, une évolution que nous regrettons également mais qui touche l’ensemble des communes de France, il omet d’évoquer la hausse de l’endettement prévue cette année (2 millions d’euros venant s’ajouter à l’encours actuel de 3 millions) pour achever les travaux du centre village. La conséquence est que la charge de la dette (intérêts et remboursement du capital) augmentera d’environ 10% cette année et certainement encore en 2016. Cet aspect aurait valu d’être mentionné.
Enfin, les commentaires sur les charges de personnel nous semblent contestables. Le fait que le ratio dépenses de personnel sur dépenses de fonctionnement soit inférieur à la moyenne nationale n’a pas grande signification si l’on a des dépenses de fonctionnement élevé (ce qui est bien le cas à Fourqueux si l’on en juge par le tableau du bas de l’article). De même, un moindre recours à la sous-traitance n’est pas en soi un indicateur de bonne gestion : ainsi, le recours à un prestataire de services aurait été probablement moins onéreux que le recrutement d’un agent technique pour l’entretien du nouvel Espace. Le véritable indicateur pour apprécier le poids des charges de personnel serait de comparer le nombre d’agents avec des communes de taille comparable, information dont nous ne disposons pas malheureusement.

Laurent Paul, Conseiller municipal NEF.

Budget 2015

Conseil Municpal

Déclarations du groupe NEF sur le vote du budget 2015 (30 Mars 2015)

Les élus Nef regrettent de ne pas avoir pu participer aux dernières réunions de la commission financière en raison de leurs contraintes professionnelles. Le constat qu’ils font de l’état des finances de la commune se basera donc sur les documents transmis au conseil municipal et les réponses transmises par Mark Vénus – que je remercie à cette occasion – aux questions adressées par écrit à la commission. Et ce constat fait ressortir les éléments suivants.

Les taux des impôts locaux vont augmenter pour la quatrième année consécutive à Fourqueux.
Depuis 2012, la hausse totale incluant la révision des bases locatives dépasse 10% dans un contexte de stagnation des revenus des ménages. S’il est incontestable que l’environnement national est cette année très défavorable avec en particulier la baisse de la DGF, il n’en demeure pas moins que cette hausse régulière de la fiscalité a d’autres causes, et notamment l’alourdissement très sensible de la charge de la dette.

Cette charge de la dette (intérêts et remboursement du capital) atteindrait 417.000 euros en 2015, en augmentation de 40.000 euros par rapport à l’année dernière. Cette charge de la dette ne dépassait pas 200.000 euros par an si l’on remonte aux années avant 2010. De surcroît, l’encours de la dette devrait s’accroître de 50% cette année avec plus de 2 millions de nouveaux emprunts, ce qui va inévitablement entraîner une nouvelle hausse de la charge de la dette en 2016. La commune paye lourdement le coût des opérations centre village et rénovation de l’Espace qui avaient pourtant été annoncées comme autofinancées. Et compte tenu de la durée des emprunts, elle va devoir supporter cette charge pendant des dizaines d’année avec des espoirs très limités de pouvoir récupérer des marges financières.

Les perspectives de progression des recettes propres semblent en effet très aléatoires, tant en terme d’installation de nouvelles entreprises que de nouveaux ménages. On voit bien que le marché immobilier est très ralenti et les résultats du dernier recensement semble montrer une baisse de la population. Dans ce contexte, il est absolument essentiel d’être extrêmement rigoureux sur les dépenses de fonctionnement. Nous donnons acte sur les efforts qui ont été entrepris l’année dernière s’agissant de la réduction des heures supplémentaires et de la maîtrise des frais généraux.
Pour autant, la prévision d’une hausse de 3,8% de la ligne charges de personnel par rapport au réalisé de l’année dernière nous semble élevée. Nous n’avons pas tous les éléments qui permettent d’en comprendre le détail mais nous interrogeons quand même sur l’annonce d’un recrutement supplémentaire pour l’entretien de l’Espace alors qu’il avait été promis durant la campagne de l’année dernière qu’aucun nouveau poste ne serait créé durant la présente mandature et que le nombre de mètres carrés du nouvel Espace était parfaitement connu il y a un an.

Lors du débat d’orientation budgétaire le 9 Mars, Bernard Ophèle avait dit, je cite le PV du conseil, qu’une réflexion sur la réduction des services serait peut-être un débat en 2016 ou 2017. Compte tenu des faibles probabilités que nous sortions rapidement de l’environnement de crise actuel, nous sommes d’avis que ce débat s’ouvre sans délai, en commençant par s’interroger sur quels sont les services vraiment essentiels à la population et ceux qui en période de crise peuvent faire l’objet d’une révision à la baisse. Nous sommes naturellement disposés à participer à cette réflexion.

Pour l’ensemble de ces éléments, monsieur le maire, mesdames et messieurs les élus, le groupe NEF vote contre le projet de budget 2015.

Le feuilleton du SIDRU: des implications directes pour notre commune

justicebLe traitement des ordures ménagères pour notre commune est assuré par le Syndicat Intercommunal pour la Destruction des Résidus Urbains (SIDRU) qui regroupe 15 communes du département*.
Or, le SIDRU défraie la chronique depuis plusieurs années en raison des prêts toxiques qui ont été contractés pour construire l’incinérateur Azalys.

Nous résumons brièvement ici ce dossier très complexe qui fait peser des risques financiers non négligeables sur notre commune.

  • En 1999, pour financer son incinérateur Azalys, le SIDRU a emprunté 50 millions d’euros. Cette dette a fait l’objet d’une gestion dite dynamique qui s’est révélée catastrophique à l’usage. En particulier, la conclusion d’un swap d’échange euro contre franc suisse qui entraîne de lourdes pertes avec le mouvement actuel de dépréciation de l’euro.
  • 15 ans après l’opération initiale, la dette du SIDRU se monterait aujourd’hui à 60 millions d’euros, y compris les intérêts impayés, (et jusqu’à 82 millions selon certaines estimations faites par des élus d’opposition à Saint-Germain-en-Laye). Le syndicat a en effet décidé d’arrêter de payer les intérêts sur un des deux emprunts depuis 2011 tout en attaquant en justice la banque pour tromperie sur les risques financiers encourus. Mais un premier jugement du TGI en date du 29 janvier dernier a débouté le SIDRU de sa demande de nullité du contrat, il semblerait que celui-ci ait l’intention de faire appel.

Bien que les majorités municipales successives à Fourqueux n’aient en rien été responsables de ces errements financiers, notre commune est bien partie prenante des risques encourus par le SIDRU pour la quote-part représentée par notre population (4.500) sur le total de la population des 15 communes membres du syndicat (215.000). Soit environ 2% du total qui constituent donc une dette potentielle de l’ordre de 1,2 millions d’euros. Ajoutons également le fait qu’Azalys est une installation complètement surdimensionnée par rapport au volume de déchets produits par les communes membres du SIDRU, ce qui l’oblige à chercher des “tonnages ” auprès des autres communes environnantes dans des conditions financières inconnues.

Les élus NEF resteront vigilants sur les conséquences des difficultés financières du SIDRU sur les charges fiscales supportées par les habitants de Fourqueux. Nous surveillerons en particulier que la taxe d’enlèvement des ordures ménagères n’augmente pas de façon supérieure à celle des communes voisines comme Mareil-Marly qui ne sont pas adhérentes au SIDRU. Par ailleurs, nous invitons la mairie à communiquer régulièrement à la population sur cette affaire, tâche d’autant plus facile que le vice-président du SIDRU n’est autre que l’adjoint aux finances à Fourqueux.      

Lien vers l’article du courrier des yvelines paru le 12 janvier dernier :
http://www.courrierdesyvelines.fr/2015/02/12/emprunts-toxiques-le-sidru-condamne-a-payer/

* Achères, Aigremont, Andrésy, Carrières-sous-Poissy, Chambourcy, Conflans-Sainte-Honorine, Fourqueux, Médan, Le-Mesnil-le-Roi, Orgeval, Poissy, Saint-Germain-en-Laye, Verneuil-sur-Seine et Vernouillet.

Nous sommes tous Charlie !

Charlie

C’est avec effroi  que vos élus NEF ont appris le terrible attentat contre Charlie Hebdo.

Si nous n’avons pas toujours apprécié     l’humour ravageur  de ce journal, nous sommes farouchement attachés à la liberté d’expression et profondément révulsés que de dangereux fanatiques aient voulu, sur le territoire français, les priver de ce droit fondamental.

Face à cet acte aussi lâche qu’ignoble, nous pensons avec une grande peine à toutes les victimes, assassinées ou blessées, et à leurs familles dans le chagrin.

Nous avons une pensée particulière pour les deux policiers morts en service auxquels nous associons la jeune policière municipale abattue par un autre barbare à Montrouge le 8 janvier.

A l’heure où tous les Français doivent s’unir dans le recueillement et la détermination absolue à préserver nos valeurs, nous approuvons de tout cœur la décision de notre maire d’annuler la cérémonie des vœux prévue demain soir.  Aucun Fourqueusien, nous en sommes sûrs, n’a l’esprit à la fête et à boire à une année qui s’étrenne aussi tragiquement dans le sang.

Dans une totale solidarité,  nous soutiendrons les actions engagées sur ce sujet par la municipalité dans les semaines à venir.

La France se relèvera de ce drame mais nous devrons tous nous battre pacifiquement pour que notre merveilleuse liberté reste toujours le maître-mot de notre devise républicaine.