Judo : la mairie persiste et signe

Même si la réponse à la pétition adressée à la mairie par des parents de jeunes judokas tarde encore, les élus en charge de la vie sportive ont déjà réitéré  leur refus de réintégrer le judo à l’ESPACE.

En témoigne la réponse apportée le 10 juin par l’adjoint au maire au courrier des élus NEF:
afficher la réponse au format pdf

Jean-François de l’Hermuzière
Maire-adjoint Animation Socioculturelle et Sportive

à l’attention de Mesdames Brigitte Lesgourgues
et Sophie Perinetti

Fourqueux le 10 Juin 2014

Chères Collègues,
Les questions soulevées par le parents d’enfants participant au sein de l’ASF à l’activité Judo retiennent, comme vous le savez puisque nous en avons parlé lors de la dernière Commission Animation Socioculturelle et Sportive, toute notre attention.
Je n’ai pas connaissance d’engagement pris par la Commune de Fourqueux et encore moins par mon prédécesseur, de réintégrer l’activité Judo au sein de l’ESPACE. Comme vous le constatez, il
n’est pas souhaitable d’utiliser la salle Fulcosa à cette fin et aucun autre emplacement ne semble  adapté à ce type d’activité notamment en considérant les dispositions réglementaires fixées par la Fédération Française de Judo.
Les investissements, il est vrai conséquents, qui ont été consacrés à l’extension de l’ESPACE n’ont jamais eu pour objet la création de salles dédiées à la pratique sportive. Au contraire, il nous semble de bonne gestion de réserver ces activité à des lieux adaptés. Le projet de construction du nouveau gymnase du Lycée International devait répondre à ce besoin. Comme vous le savez, et même si le principe en a été approuvé par le Conseil Régional, nous n’avons aucune visibilité sur la date de réalisation de cet équipement. Nous avons donc dû, comme les responsables du Lycée, utiliser en tant que solution provisoire – qui dure trop longtemps, je vous l’accorde – l’actuel et
vétuste gymnase.
Il n’empêche qu’il est hors de question de laisser nos judokas (adultes et surtout enfants) pratiquer leur sport dans des conditions «insalubres » et dangereuses. Nous avons donc, Daniel Level et
moi, rencontré le proviseur du Lycée International et ses équipes au cours d’un entretien sur place très constructif. A cette occasion, nous avons recensé un certain nombre d’actions concrètes qui devraient répondre aux vœux légitimes des utilisateurs et nous avons programmé une refonte de la convention qui nous lie avec le Lycée intégrant ces nouvelles mesures. Tout ce dispositif sera naturellement évoqué en Commission Animation Socioculturelle et Sportive et vous pourrez y apporter votre contribution.
Enfin, s’agissant de la question soulevée par le fait qu’il s’agit de locaux St Germanois éloignés du centre de Fourqueux, permettez moi de vous dire, très simplement, qu’elle me semble incongrue.
Nos tennismen, golfeurs, pongistes, footballeurs, volleyeurs (et je ne parle pas des VTTistes…) pratiquent leur sport loin de la place Victor Hugo et cela ne semble pas leur poser de problème. En outre, au temps de l’intercommunalité, dans laquelle nous voulons nous engager avec détermination et efficacité, il est parfaitement normal que nous utilisions (avec réciprocité) les équipements de nos voisins, et, loin de critiquer ce type de fonctionnement, j’espère, au contraire
qu’il va se développer dans l’intérêt de tous.
En espérant que ces informations vous permettront d’apaiser l’inquiétude des parents qui vous ont interrogés et que nous pourrons, ensemble, trouver des solutions aux difficultés rencontrées.
Cordialement.

L’inquiétude des parents est-elle apaisée ? !

étonnement … Surprise … Incompréhension …

Logo_Apropos

Etonnement … Surprise ….. Incompréhension !
Voici les mots que vous avez été nombreux à nous faire parvenir suite à la tribune libre signée par l’équipe VFE dans le dernier A Propos (au mépris, rappelons-le, de la loi qui réserve cet espace à la seule opposition municipale !).

Même s’il arrive fréquemment que les idées de la majorité et de l’opposition diffèrent, même si les projets contraires ont pu déjà provoquer des écrits un peu houleux, même si le jeu démocratique exige des communications sur les divergences de point de vue, jamais par le passé des attaques personnelles, nominatives, n’avaient été écrites par un groupe d’élus municipaux. Que cette triste « première » ait lieu dans le journal municipal, financé par les Fourqueusiennes et les Fourqueusiens, rend plus indigne encore ces phrases malheureuses, sans signataire identifié et donc cautionnées par chacun des élus de la majorité.

Défendant avec passion l’intérêt général, refusant la vision carriériste du mandat d’élu local, se battant avec pugnacité pour l’avenir de notre beau village qu’elle aime tant, Monique Grout est une femme de rassemblement, une femme visionnaire, une femme intègre, une femme de convictions.
En témoignent ces quelques lignes, extraites du courrier qu’elle a adressé à l’ensemble de sa liste  après les élections :

« J’ai vécu cette nouvelle expérience avec joie et enthousiasme. Je vous souhaite à tous de revivre cela, aussi intensément, en 2020.

Pour moi l’aventure s’arrête là.

En effet, personnellement, je suis convaincue que le chemin étant tracé et l’équipe derrière moi prête à assumer la mission de l’avenir de Fourqueux, pour une ouverture aux autres, des finances maîtrisées, le courage de dire la vérité, un dialogue et une concertation permanente avec les citoyens, je dois laisser la place. Je resterai disponible, à l’écoute et répondrai aux attentes qui pourraient émerger mais je sais que les 6 élus NEF, conduits par Matthieu Cadot, 2ème de liste, impliqué depuis de nombreuses années dans la vie communale, ont hâte de reprendre le flambeau […]. Savoir se retirer parce qu’on sait que le défi sera relevé et l’avenir assuré, est un devoir ; c’est aussi la satisfaction et la fierté d’avoir bien fait son travail et accompli sa mission. »

Non, Monique Grout n’a pas démissionné du Conseil pour « retourner à d’autres occupations » (citation de la tribune du groupe VFE). Cette attaque odieuse démontre le manque de recul de celles et ceux qui n’auraient pas le courage d’en faire autant : savoir se retirer pour laisser la place à d’autres tout en veillant sur eux, tout en les soutenant, tout en les aidant, savoir être « à côté » et ne pas chercher à rester « devant ».

Cette décision courageuse, suivie par celle de Michelle Gossieaux – dans le même état d’esprit – a permis l’élection de Yann Morvan, dont les qualités sont indéniables pour défendre avec Brigitte Lesgourgues, Laurent Paul, Sophie Perinetti, Jérôme Goulet et moi-même les idées de NEF au service de l’intérêt général.

Au nom des élus du groupe NEF, de nos colistiers et de l’ensemble de nos soutiens, je voudrais sincèrement et solennellement dire à Monique Grout notre bonheur de poursuivre la route avec elle, l’assurer de notre profond respect, lui témoigner notre grande admiration et lui adresser nos chaleureux remerciements.

Matthieu Cadot

Avenir de la section judo : NEF intervient aux côtés des familles

Dojo_Lycée

Interpellés par de nombreuses familles de jeunes judokas soucieuses de garantir dans de bonnes conditions l’avenir de la section judo de l’ASF, les élus NEF viennent d’adresser un courrier au maire-adjoint chargé de l’animation socio-culturelle et sportive.

Visualisez ici le courrier au format PDF

Monsieur l’adjoint au maire,

Comme nous vous en avons déjà averti en commission le 6 mai dernier, de nombreux Fourqueusiens, parents d’enfants adhérents à la section judo de l’ASF, se sont tournés vers notre groupe pour s’indigner à la suite de la fin de non-recevoir de la municipalité de réintégrer cette activité sportive dans les nouveaux locaux de l’ESPACE.

Vous n’ignorez pas que  le déménagement dans le dojo du lycée international avait été annoncé aux familles comme provisoire, le temps que les travaux de l’ESPACE se fassent. Une assurance de réintégration aurait même été donnée au président de l’ASF par votre prédécesseur pendant votre campagne électorale, en réponse à la demande unanime (98%) des familles adhérentes de retour à l’ESPACE.

Si nous pouvons comprendre que la salle Fulcosa doive maintenant répondre à sa seule vocation culturelle, il aurait été cohérent de prévoir dans l’extension de l’ESPACE une salle qui réponde à l’absence de dojo dans notre ville, d’autant que la mise à disposition d’une salle dédiée, annoncée par le maire depuis 2008 dans le futur gymnase du Lycée international, n’a pas vu le commencement d’un début de réalisation. Les familles des jeunes judokas qui connaissent le montant de l’enveloppe affectée sur leurs impôts à l’agrandissement de l’ESPACE, n’attendront pas 6 ans de plus dans des locaux saint-germanois éloignés de l’école Charles Bouvard et manifestement très détériorés et insalubres, que ce projet utopique finisse peut-être par voir le jour !

Le courriel que vous avez adressé le 21 mai à Monsieur David Snanoudj et qu’il nous a communiqué fait état de la possibilité d’étudier d’autres solutions pour répondre à la demande des familles.

Nous vous demandons de tout mettre en œuvre pour trouver dans ce bâtiment dont vous nous vantez les mérites et la superficie nouvelle une salle qui permette aux jeunes Fourqueusiens de pratiquer leur sport dans de bonnes conditions sanitaires et « sauve » ainsi cette activité sportive très fréquentée, mais à cette heure menacée dans sa survie.

 Pour le groupe NEF,

Brigitte LESGOURGUES et Sophie PERINETTI