Notre tribune dans l’A Propos

Prévu pour janvier et daté de ce même mois, le n° 268 de l’A Propos de Fourqueux a été distribué dans les boîtes aux lettres du village début février…

Si vous avez raté ce numéro – dans lequel le directeur de la publication Daniel Level nous affirme qu’il respecte la neutralité en période d’élections pour apparaître pas moins de huit fois en photo en 8 pages ! -, retrouvez ici notre dernière tribune.

Article orienté dans le Parisien, Matthieu Cadot réagit

Très partisan dans ses propos, un article du Parisien, paru le 6 janvier sur son site et dans une version papier édulcorée,  cherche clairement à faire transparaître une parfaite réussite de la fusion.
Ce qui est retranscrit dans cet article ne reflète qu’une partie seulement de l’entretien que j’ai consacré au journaliste. Si mon intervention est la seule qui émette des critiques à l’égard du bilan de la fusion, seulement certaines, bien tièdes, ont été choisies et éditées. Je me demande par ailleurs quels Fourqueusiens ont été rencontrés, à en croire leur apparente adhésion à un projet qu’ils ont rejeté et qu’ils sont encore nombreux, compte tenu des nombreuses remontées qu’ils nous font, à désapprouver. Il semble que nos concitoyens chauffés au tout électrique et qui voient leur taxe sur l’électricité augmenter ou que les parents d’élèves qui paient bien plus cher la restauration scolaire depuis la fusion n’ont pas été interrogés…

Je tiens donc à ajouter ce que j’ai pu préciser, à savoir que nous déplorons solennellement les faux-semblants en matière d’amélioration fiscale. Les aspects bénéfiques en termes budgétaires sont dus notamment aux avantages financiers très temporaires – 3 ans seulement – accordés à toutes les communes qui fusionnent : augmentation de la DGF, suppression des pénalités SRU …
Par ailleurs, nous nous offusquons de l’absence totale d’investissement des élus de la commune déléguée, en premier lieu de son maire, pour faire vivre la démocratie locale. Ils ne respectent pas du tout les engagements de la campagne qu’ils ont menée en faveur de la fusion, contre l’avis de la population. Ce n’est pas seulement pour les attributions de subventions aux associations que le conseil communal doit se réunir, mais aussi pour toutes les décisions prises sur le territoire fourqueusien. En un an, jamais Daniel Level n’a eu le courage de le réunir, malgré ce qu’il ose affirmer en conseil municipal et malgré nos demandes maintes fois réitérées. La charte de gouvernance, qui était pourtant, nous disait-on, une garantie absolue de notre représentativité dans la commune nouvelle, est donc d’ores et déjà bafouée.
Le bilan essentiel d’une année de fusion est donc une représentativité de notre village qui fait cruellement défaut, comme nous l’avions prédit il y a un an.

NEF appelle au boycott de la cérémonie des vœux de Fourqueux

L’an dernier, Daniel Level, encore maire de Fourqueux, avait convié la population à la traditionnelle cérémonie des vœux du conseil municipal à l’ESPACE. Les élus NEF avaient tenu à se trouver aux côtés de leurs concitoyens dans ces heures difficiles qui marquaient l’absorption de notre village par Saint-Germain-en-Laye. Ils avaient toutefois refusé de monter sur scène avec les 15 élus de la liste VFE auteurs du vote qui a entériné la disparition de notre commune.

Un an plus tard, on apprend que le même Daniel Level organise une réception des vœux le vendredi 10 janvier, toujours à l’ESPACE, la veille-même de la cérémonie du maire de la commune nouvelle Arnaud Péricard, à laquelle chacun peut participer.

A quoi rime cette parodie ? !  Depuis un an, celui qui n’est plus que maire délégué et maire adjoint de la commune nouvelle, sans délégation (mais avec rémunération !), s’illustre par la vacuité confondante de son action. Quasi-muet en conseil municipal, – si ce n’est pour tenter de faire rire par l’un de ses inénarrables jeux de mots -, il n’affronte le regard de ses concitoyens qu’à l’occasion des fêtes et des inaugurations, surtout si elles ont lieu en dehors des week-ends où il préfère se réfugier dans sa villégiature nordiste. Quant à ses collègues du défunt conseil municipal de Fourqueux, il a fallu l’obstination de NEF pour qu’il consente à céder à leur pression en convoquant deux commissions générales qu’il a eu le culot de qualifier de réunions du conseil communal. Or, nous rappelons une fois encore que contrairement à l’engagement des deux maires dans la charte de gouvernance (article 2), le conseil communal de Fourqueux n’a JAMAIS été réuni ! Privant ainsi les représentants élus de la population de leur droit de donner des avis, de formuler des vœux sur des objets d’intérêt local, de débattre et de contrôler. Empêchant par la même occasion ladite population  d’assister aux débats puisque les commissions générales ne se réunissent pas en séance publique mais à huis clos.

Ajoutons que la grande idée qui sous-tendait la fusion était celle de la réduction des coûts par la mise en commun des dépenses : pourquoi alors une double carte de vœux et une double réception qui mobilise tant de moyens et de personnel ?

L’on voudrait faire croire aux Fourqueusiens que rien n’a changé, que leurs élus travaillent toujours dans l’harmonie et l’indépendance, qu’on le prouve en conservant notre traditionnelle cérémonie des vœux et que « tout est au mieux dans le meilleur des mondes possible » !

Mais NEF n’est pas candide et ne se prêtera pas à ce pitoyable simulacre. Renonçant au plaisir de vous retrouver pour échanger nos souhaits de bonne année et refusant d’entendre le discours convenu du maire délégué se glorifiant du « succès » de la fusion, vos élus NEF ont décidé de boycotter la réception du 10 janvier. Ils vous appellent à les rejoindre pour montrer que vous n’êtes pas dupes. Ensemble, exprimons notre mépris pour les hochets que l’on agite sous notre nez afin de mieux cacher que Fourqueux n’est plus qu’un quartier de Saint-Germain-en-Laye qui n’a plus droit à la parole !

Ce n’est pas en dépensant de l’argent public pour trinquer ensemble, mais bien en respectant ses engagements, que l’on fera vivre la démocratie locale et que l’on permettra à notre village de garder son identité.

Un an après…

 

Chères Fouqueusiennes, chers Fourqueusiens,

A l’aube de cette nouvelle année et un an après la décision contre l’avis de la population de fusionner avec Saint-Germain-en-Laye, vos élus NEF sont fiers de vous avoir écoutés, représentés et défendus dans ce nouveau conseil municipal.

Depuis notre dernière lettre d’information, qui relatait notamment notre intervention auprès des riverains contre le projet désormais abandonné de l’allée des Jardins, nous restons mobilisés à vos côtés quelles que soient nos difficultés à nous faire entendre. Vous découvrirez dans ce nouveau numéro nos actions, notamment concernant le budget communal 2020 ou le scandaleux procédé d’attribution de subvention à nos associations, défiant transparence et respect des chartes pourtant promises comme garantes de la sauvegarde de notre identité. La mairie déléguée de Fourqueux est inexistante, faute d’un maire délégué capable d’affronter sa population et de s’engager au quotidien à son service, dans le respect des engagements liés à la fusion de communes.

Toutes ces informations sont bien entendu à retrouver sur notre blog nef-fourqueux.fr mis à jour régulièrement.

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous solliciter et nous vous remercions de votre confiance. Plus que jamais, vous pouvez compter sur nous.

Brigitte, Laurent, Sophie, Jérôme et Yann se joignent à moi pour vous souhaiter de très belles fêtes de fin d’année, en ayant une pensée toute particulière pour nos concitoyens qui nous ont quittés en 2019, ainsi que pour ceux qui sont isolés, démunis ou souffrants, avec un vœu pour tous de bonheur et de solidarité pour l’année à venir. Celle-ci sera capitale pour notre pays comme pour toutes les villes de France qui seront appelées à renouveler leurs édiles. Nous souhaitons à notre belle commune déléguée un avenir serein, dans la concertation et le consensus, afin de retrouver l’esprit village qui nous tient tant à cœur.

Matthieu Cadot

Qui a trahi trahira… : le scandale de l’attribution des subventions aux associations

Le 16 décembre dernier, une commission générale s’est tenue à Fourqueux. Il s’agit d’une réunion des élus de la commune déléguée à huis clos, sans public et sans qu’aucune décision ne puisse être prise.

A l’ordre du jour, deux points : la révision du règlement local de publicité (RLP) de Fourqueux et les subventions aux associations.

Le premier point est lié à une révision indispensable de notre RLP datant de plus de trente ans. Ce qui a attiré notre attention relève d’une discussion annexe : la disparition de certains panneaux associatifs dans notre commune. Malgré nos questions, ni le maire délégué, ni son premier adjoint n’ont pu nous indiquer qui a choisi quels panneaux retirer ! La commune nouvelle leur aurait-elle donc à ce point fait perdre tout contrôle sur notre vie communale ? Il semble malheureusement que nos prévisions en termes d’absence de contrôle de leur part s’avèrent exactes…

Mais le second point a achevé de nous abattre… L’ancien adjoint au maire de Fourqueux chargé de la vie associative présente un bilan de l’accompagnement de la vie associative, sur un document mensonger qui annonce en en-tête « conseil communal de Fourqueux ». Conseil dont la constitution, rappelons-le, fait l’objet de notre demande pressante depuis de longs mois puisqu’elle est normalement imposé par la fusion de communes … et qui ne s’est encore jamais réuni !

Au cours de son exposé, nous nous interrogeons sur les conditions d’attributions de subventions aux associations dont nous avons demandé publiquement qu’elles aient lieu dans la plus grande transparence (voir article NEF du journal de St-Germain du 8 novembre).

En lieu et place d’une discussion sur les demandes de subventions fourqueusiennes, le maire délégué, à notre demande, nous donne les montants qui seront proposés au conseil municipal de la commune nouvelle, précisant « voici les montants décidés qui nous sont communiqués ». Notre protestation contre ce déni absolu de démocratie est coupée d’une réponse ahurissante : « oui, le temps pressait et nous avons choisi de proposer ces montants sans vous concerter » … En réalité, seul le maire-adjoint a instruit les dossiers des associations, rendus pourtant fin septembre, sans aucune concertation ! Chacun appréciera…

Notons tout de même que les attributions des subventions aux associations doivent être décidées par le conseil municipal après avis du conseil communal de la commune déléguée, conformément à ce que prévoit l’article 2 de la charte de gouvernance de la commune nouvelle qu’on vous a présenté comme garante de l’identité de notre village !!!  Un an après, cette charte est bafouée, le maire délégué trahit déjà, à peine un an après, ses engagements !!! Quoi de moins surprenant de la part de celui qui est allé à l’encontre de l’opinion publique et de la consultation citoyenne qu’il a lui-même provoquée… Ce comportement scandaleux a d’ailleurs ému une grande partie des élus de sa propre majorité qui ont exprimé leur soutien à nos remarques !

Cerise sur le gâteau, lors de notre intervention au conseil municipal du 19 décembre (voir déclaration de Matthieu Cadot en vidéo), le maire de Saint-Germain répond que les conditions d’attributions aux associations relèvent en effet de procédés différents dans les deux communes historiques. Il oublie cependant que ce qui a été fait cette année concernant Fourqueux enfreint complètement la charte de gouvernance de la commune nouvelle. Mais le plus incroyable est sa réponse sur la réunion du conseil communal : « On me dit – dit-il en se tournant vers Daniel Level qui acquiesce – que le conseil communal s’est réuni lundi dernier, je n’y étais pas, et c’est une discussion, je crois, que vous avez eu et l’objectif est de ne rien changer aux procédures que vous aviez avant ».

Non seulement le maire délégué de Fourqueux a trahi sa population, ses élus fourqueusiens, mais il se permet également de mentir effrontément à tous les élus du conseil municipal et en premier lieu au maire de la commune nouvelle, qui, leurré, fait par conséquent une réponse déconnectée de la réalité ! Nos prévisions de fin 2018 se confirment, et sont mêmes empirées : non seulement nos élus majoritaires de Fourqueux ne permettent pas au conseil communal d’exercer son rôle, mais en plus ils choisissent l’absence de concertation et les fausses vérités… Rappelons qu’au cours du conseil municipal précédent, Arnaud Péricard s’est dit favorable à la réunion du conseil communal délégué sur les sujets de concertation locale, sous réserve de l’avis du maire délégué. Et pourtant, rien… Ce dernier n’écoute donc ni sa population, ni son maire…  Pourquoi ??? …

De très mauvais augure pour la suite…

Souriez, vous êtes filmés !

Suite à l’agression d’un jeune homme place de la Grille et à l’interpellation du maire de la commune nouvelle par les élus NEF, le conseiller municipal en charge de la sécurité nous a appris que deux caméras de vidéosurveillance ont été mises en place, une près de la mairie, l’autre place Victor Hugo.

Pourquoi une telle installation en catimini, sans concertation et sans affichage sur place comme la loi l’exige ?

Retrouvez ici la tribune NEF parue le 6 décembre dans le Journal de Saint-Germain sur ce sujet.

Annonce d’une mort programmée

Encore un pas de plus vers la disparition pure et simple de Fourqueux ! L’on apprend aujourd’hui que le site Web de la commune va être siphonné par celui de Saint-Germain. Une fin logique quand on sait que depuis la fusion, les mises à jour n’étaient plus faites que sporadiquement et que les erreurs étaient légion comme les élus NEF l’ont signalé à plusieurs reprises et notamment de façon très détaillée le 13 septembre par un mail adressé au maire délégué avec copie au maire de la commune nouvelle (tous deux restés sans réponse !) :

Le site contient de nombreuses erreurs, dues notamment – mais pas uniquement -aux changements intervenus depuis le 1er janvier 2019. Aucune mise à jour n’a été faite dans la rubrique Intercommunalité, où figurent par exemple toujours Elisabeth Guyard comme titulaire de la commission Transports ou l’ancienne adresse rue au Pain de l’Office de Tourisme qui a inauguré ses nouveaux locaux le 30 mai… 2018  ! En outre, les liens de la page Commissions de la CASGBS ne redirigent sur rien.
Même absence de mise à jour sur des pages pratiques qui intéressent tous nos concitoyens et tout spécialement les nouveaux arrivés. En voici quelques exemples avec les copies d’écran en pièces jointes :
  • présentation des services municipaux de Fourqueux avec organigramme du 1er avril 2018,
  • gare SNCF de Mareil-Marly présentée comme La gare la plus accessible depuis la commune “ alors qu’elle est fermée depuis le 7 juillet et sans doute jusqu’en 2021,
  • pas de changement de nom pour le curé
  • Les projets urbains de la rubrique Urbanisme ne sont plus au stade de projets depuis bien longtemps alors que ne figurent pas les projets en cours ou déjà à l’étude. La phrase d’accroche ne manque alors pas d’ironie : ” Un nouveau visage se dessine pour notre village…” !
  • Dans la rubrique Education/Stages et ateliers, on apprend qu’il y aura des “Stages culturel et sportif pour les vacances d’hiver” . Hélas, ce sont ceux de février 2019 …

Compte tenu de ce laisser-aller complet, on se demande vraiment quel est l’intérêt de conserver ce site, d’y affecter une “directrice” de la communication et une adjointe déléguée. Cela ne sert qu’à embrouiller le message, sans donner aux habitants les informations pratiques qu’ils sont en droit d’attendre dans une ville moderne.

Nous vous remercions de nous faire savoir quelles mesures urgentes vous comptez prendre pour remédier à cette situation.

Le remède a été trouvé au bout de trois mois de cogitation : disparition complète du site !

Ce que vous n’avez pas lu dans l’A Propos d’octobre

A la suite d’une erreur d’adressage dans le courriel envoyé à la nouvelle chargée de communication de Fourqueux, notre tribune n’a pas pu être publiée dans l’A Propos d’octobre distribué la semaine dernière.
Afin de ne pas vous priver de de ce rare moyen d’expression de vos élus NEF, nous avons demandé à ce que notre texte soit mis en ligne sur le site de la commune (en attente) et nous vous en donnons la primeur ici même :

Fourqueux au cœur de nos actions