Coronavirus : les consignes pour les élections

Nous avons interrogé la mairie sur les consignes particulières qui pourraient s’avérer nécessaires dans les bureaux de vote, en raison de l’épidémie de coronavirus COVID-19.
Le cabinet du maire vient de nous adresser son protocole mis en place pour les élections, conforme aux directives du gouvernement :

 

  • Des affiches pédagogiques sur les bonnes pratiques en matière
    d’hygiène seront posées dans les bureaux de vote;
  •  Vous pourrez dès l’entrée dans le bureau de vote vous laver les mains
    (toilettes fléchées);
  • Le personnel en charge de l’accueil des électeurs incitera les votants à se
    désinfecter les mains en entrant dans la salle;
  • Les bureaux seront aérés tout au long de la journée et désinfectés
    régulièrement ainsi que le matériel de vote;
  • Il est préférable de présenter ses pièces (carte d’identité et carte
    d’électeur) à l’entrée comme au président du bureau, sans qu’un tiers les
    touche;
  •  Pour signer la liste d’émargement, vous pourrez prendre votre propre
    stylo de couleur noire;Files d’attente : pour éviter d’être trop nombreux dans le bureau de vote, le personnel pourra vous demander de bien vouloir patienter à l’extérieur quelques instants;
  • Il sera proposé des gants aux scrutateurs qui le souhaitent pour la
    phase de dépouillement.

On vote à Fourqueux 

Fusion oblige, les trois bureaux de vote de notre village sont intégrés en fin de liste des bureaux saint-germanois et changent de numéro.  L’ex- bureau 1, à la mairie, devient le bureau 30. Les ex-bureaux 2 et 3 sont désormais les bureaux 31 et 32, toujours à l’Espace Pierre-Delanoë. Ces numéros figurent sur les nouvelles cartes électorales que certains Fourqueusiens (mais pas tous) ont reçu dernièrement.

Comme dans toutes les villes d’Île-de-France, les bureaux de vote seront ouverts de 8h à 20h.

Mensonges et approximations

En parcourant  le luxueux 16 pages présentant le programme de la liste “Saint-Germain-en-Laye avec vous  !”,  trois lignes nous sautent aux yeux et nous font réagir :

  • Le maire sortant de la commune nouvelle met fièrement en avant une liste renouvelée à 40 % . Manque de chance, c’est 0% de renouvellement pour les candidats résidant à Fourqueux. Les six présents sont tous issus du groupe majoritaire VFE mené par Daniel Level.
  • En page 4, nous apprenons avec stupeur que cette liste s’engage à moderniser l’Espace Pierre-Delanoë ! Est-ce à dire que le nouveau bâtiment inauguré en décembre 2014 ne serait déjà plus aux normes “modernes” cinq ans après ? La pilule est dure à avaler quand on se souvient que son agrandissement et sa rénovation ont coûté aux contribuables fourqueusiens la coquette somme de 3M€ !
  • Enfin, en page 7, dans une rubrique intitulée “Une ville participative où le citoyen est au cœur de l’action municipale”, on nous donne la liste de ce qui est déjà en place pour assurer “l’implication des citoyens”. Et là, on doit dire que les élus NEF fulminent quand ils y découvrent le conseil communal de la commune déléguée ! Nous rappelons une fois encore que cette instance, expressément prévue dans la charte de gouvernance, n’a jamais été installée après 13 mois de fusion ! Le prétendre revient à entériner le mensonge éhonté du maire de la commune déléguée qui, lors du conseil municipal du 19 décembre 2019, a affirmé devant tous ses collègues que le conseil communal s’était bien réuni ! Or, malgré nos multiples demandes de respect de la charte de gouvernance, Daniel Level n’a jamais eu le courage de se confronter à son opposition en séance publique. Les deux seules réunions qui se sont tenues en mairie depuis la fusion étaient des commissions générales, à huis clos et sans vote possible. Il est scandaleux de tenter de faire croire le contraire.

 

Notre tribune dans l’A Propos

Prévu pour janvier et daté de ce même mois, le n° 268 de l’A Propos de Fourqueux a été distribué dans les boîtes aux lettres du village début février…

Si vous avez raté ce numéro – dans lequel le directeur de la publication Daniel Level nous affirme qu’il respecte la neutralité en période d’élections pour apparaître pas moins de huit fois en photo en 8 pages ! -, retrouvez ici notre dernière tribune.

Article orienté dans le Parisien, Matthieu Cadot réagit

Très partisan dans ses propos, un article du Parisien, paru le 6 janvier sur son site et dans une version papier édulcorée,  cherche clairement à faire transparaître une parfaite réussite de la fusion.
Ce qui est retranscrit dans cet article ne reflète qu’une partie seulement de l’entretien que j’ai consacré au journaliste. Si mon intervention est la seule qui émette des critiques à l’égard du bilan de la fusion, seulement certaines, bien tièdes, ont été choisies et éditées. Je me demande par ailleurs quels Fourqueusiens ont été rencontrés, à en croire leur apparente adhésion à un projet qu’ils ont rejeté et qu’ils sont encore nombreux, compte tenu des nombreuses remontées qu’ils nous font, à désapprouver. Il semble que nos concitoyens chauffés au tout électrique et qui voient leur taxe sur l’électricité augmenter ou que les parents d’élèves qui paient bien plus cher la restauration scolaire depuis la fusion n’ont pas été interrogés…

Je tiens donc à ajouter ce que j’ai pu préciser, à savoir que nous déplorons solennellement les faux-semblants en matière d’amélioration fiscale. Les aspects bénéfiques en termes budgétaires sont dus notamment aux avantages financiers très temporaires – 3 ans seulement – accordés à toutes les communes qui fusionnent : augmentation de la DGF, suppression des pénalités SRU …
Par ailleurs, nous nous offusquons de l’absence totale d’investissement des élus de la commune déléguée, en premier lieu de son maire, pour faire vivre la démocratie locale. Ils ne respectent pas du tout les engagements de la campagne qu’ils ont menée en faveur de la fusion, contre l’avis de la population. Ce n’est pas seulement pour les attributions de subventions aux associations que le conseil communal doit se réunir, mais aussi pour toutes les décisions prises sur le territoire fourqueusien. En un an, jamais Daniel Level n’a eu le courage de le réunir, malgré ce qu’il ose affirmer en conseil municipal et malgré nos demandes maintes fois réitérées. La charte de gouvernance, qui était pourtant, nous disait-on, une garantie absolue de notre représentativité dans la commune nouvelle, est donc d’ores et déjà bafouée.
Le bilan essentiel d’une année de fusion est donc une représentativité de notre village qui fait cruellement défaut, comme nous l’avions prédit il y a un an.

NEF appelle au boycott de la cérémonie des vœux de Fourqueux

L’an dernier, Daniel Level, encore maire de Fourqueux, avait convié la population à la traditionnelle cérémonie des vœux du conseil municipal à l’ESPACE. Les élus NEF avaient tenu à se trouver aux côtés de leurs concitoyens dans ces heures difficiles qui marquaient l’absorption de notre village par Saint-Germain-en-Laye. Ils avaient toutefois refusé de monter sur scène avec les 15 élus de la liste VFE auteurs du vote qui a entériné la disparition de notre commune.

Un an plus tard, on apprend que le même Daniel Level organise une réception des vœux le vendredi 10 janvier, toujours à l’ESPACE, la veille-même de la cérémonie du maire de la commune nouvelle Arnaud Péricard, à laquelle chacun peut participer.

A quoi rime cette parodie ? !  Depuis un an, celui qui n’est plus que maire délégué et maire adjoint de la commune nouvelle, sans délégation (mais avec rémunération !), s’illustre par la vacuité confondante de son action. Quasi-muet en conseil municipal, – si ce n’est pour tenter de faire rire par l’un de ses inénarrables jeux de mots -, il n’affronte le regard de ses concitoyens qu’à l’occasion des fêtes et des inaugurations, surtout si elles ont lieu en dehors des week-ends où il préfère se réfugier dans sa villégiature nordiste. Quant à ses collègues du défunt conseil municipal de Fourqueux, il a fallu l’obstination de NEF pour qu’il consente à céder à leur pression en convoquant deux commissions générales qu’il a eu le culot de qualifier de réunions du conseil communal. Or, nous rappelons une fois encore que contrairement à l’engagement des deux maires dans la charte de gouvernance (article 2), le conseil communal de Fourqueux n’a JAMAIS été réuni ! Privant ainsi les représentants élus de la population de leur droit de donner des avis, de formuler des vœux sur des objets d’intérêt local, de débattre et de contrôler. Empêchant par la même occasion ladite population  d’assister aux débats puisque les commissions générales ne se réunissent pas en séance publique mais à huis clos.

Ajoutons que la grande idée qui sous-tendait la fusion était celle de la réduction des coûts par la mise en commun des dépenses : pourquoi alors une double carte de vœux et une double réception qui mobilise tant de moyens et de personnel ?

L’on voudrait faire croire aux Fourqueusiens que rien n’a changé, que leurs élus travaillent toujours dans l’harmonie et l’indépendance, qu’on le prouve en conservant notre traditionnelle cérémonie des vœux et que « tout est au mieux dans le meilleur des mondes possible » !

Mais NEF n’est pas candide et ne se prêtera pas à ce pitoyable simulacre. Renonçant au plaisir de vous retrouver pour échanger nos souhaits de bonne année et refusant d’entendre le discours convenu du maire délégué se glorifiant du « succès » de la fusion, vos élus NEF ont décidé de boycotter la réception du 10 janvier. Ils vous appellent à les rejoindre pour montrer que vous n’êtes pas dupes. Ensemble, exprimons notre mépris pour les hochets que l’on agite sous notre nez afin de mieux cacher que Fourqueux n’est plus qu’un quartier de Saint-Germain-en-Laye qui n’a plus droit à la parole !

Ce n’est pas en dépensant de l’argent public pour trinquer ensemble, mais bien en respectant ses engagements, que l’on fera vivre la démocratie locale et que l’on permettra à notre village de garder son identité.

Un an après…

 

Chères Fouqueusiennes, chers Fourqueusiens,

A l’aube de cette nouvelle année et un an après la décision contre l’avis de la population de fusionner avec Saint-Germain-en-Laye, vos élus NEF sont fiers de vous avoir écoutés, représentés et défendus dans ce nouveau conseil municipal.

Depuis notre dernière lettre d’information, qui relatait notamment notre intervention auprès des riverains contre le projet désormais abandonné de l’allée des Jardins, nous restons mobilisés à vos côtés quelles que soient nos difficultés à nous faire entendre. Vous découvrirez dans ce nouveau numéro nos actions, notamment concernant le budget communal 2020 ou le scandaleux procédé d’attribution de subvention à nos associations, défiant transparence et respect des chartes pourtant promises comme garantes de la sauvegarde de notre identité. La mairie déléguée de Fourqueux est inexistante, faute d’un maire délégué capable d’affronter sa population et de s’engager au quotidien à son service, dans le respect des engagements liés à la fusion de communes.

Toutes ces informations sont bien entendu à retrouver sur notre blog nef-fourqueux.fr mis à jour régulièrement.

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous solliciter et nous vous remercions de votre confiance. Plus que jamais, vous pouvez compter sur nous.

Brigitte, Laurent, Sophie, Jérôme et Yann se joignent à moi pour vous souhaiter de très belles fêtes de fin d’année, en ayant une pensée toute particulière pour nos concitoyens qui nous ont quittés en 2019, ainsi que pour ceux qui sont isolés, démunis ou souffrants, avec un vœu pour tous de bonheur et de solidarité pour l’année à venir. Celle-ci sera capitale pour notre pays comme pour toutes les villes de France qui seront appelées à renouveler leurs édiles. Nous souhaitons à notre belle commune déléguée un avenir serein, dans la concertation et le consensus, afin de retrouver l’esprit village qui nous tient tant à cœur.

Matthieu Cadot